AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    Ven 24 Déc - 2:46






❝ This grey room, this bunker
The air is humming us to sleep
While outside the city hurries

The endless worries are out of reach. ❞

- © BETTER THAN EZRA -


Certains jours sont destinés à être ternes, gris. Leur goût fade laisse un sentiment amer qui cloue l’âme et dessert le corps. Cependant, que faut-il faire lorsque ces jours sans lumière se succèdent et se ressemblent. Bien sûr, le danger était là, derrière chaque porte, planant comme une ombre sur ce manoir maudit. Pourtant, ce n’était pas par peur qu’Emrys désirait sortir de ce lieu, mais bien parce qu’il ne supportait pas d’être enfermé contre son grès. Que ferait-il une fois qu’il aurait fait cent fois le tour de la propriété ? Allait-il agir avec déraison, juste pour ne plus étouffer entre ces quelques murs ? Seul son frère et son besoin incessant de vouloir le protéger au péril de sa propre existence lui donnait une raison de s’accrocher, de ne pas agir impulsivement. En temps normal, il n’était pas comme ça, il ne se prenait pas la tête, vivant sa petite vie de débauche qui lui sciait à merveille. Mais justement, ici il ne menait plus sa vie, elle lui échappait. La seule chose qu’il pouvait encore faire, c’était jouer les hôtes, comme il le faisait à l’extérieur. Une façon bien à lui d’emmerder ce système, cet enlèvement et de faire comme si tout cela ne changerait rien à sa vie. Parce qu’au fond, quitte à mourir ici, il voulait contrôler ce qu’il pouvait. User de son corps à sa guise en faisait parti. Cependant, cela n’avait pas que des avantages. Ici, il ne pouvait pas aussi bien choisir ses clients et il était bien plus prompt à faire des erreurs. Et accepter un contrat avec ce gamin était certainement une grosse erreur. Non seulement il était à peine majeur, mais en plus il semblait capricieux et cela ne lui disait rien de bon. N’allez pas croire qu’il avait peur d’un gosse… Non, le problème c’était ce qui l’avait poussé à conclure un contrat avec lui, à s’engager à être son hôte – pas seulement le sien bien sûr – alors qu’il ne se sentait pas à l’aise avec lui. Quelque chose le dérangeait et pourtant, il n’aurait pas su dire quoi. Certes, il lui plaisait mais ce n’était pas le premier client à lui faire de l’effet, c’était même plus agréable généralement. Mais là, il y avait autre chose et c’était bien plus dérangeant.

Néanmoins, Emrys ne voulait même pas y penser. Parce qu’il était trop tard, mais aussi parce qu’il craignait que mettre le doigt sur l’information qui lui manquait ne ferait qu’aggraver les choses… Rien n’aurait été pire qu’envenimer une situation déjà inconfortable. Comme si être enfermé dans ce manoir ne suffisait pas à le rendre dingue. Autant ne pas en rajouter. « Merde ! » La porte menant au grenier semblait bloquée et il n’y avait rien de tel pour l’énerver davantage. Quelle idée stupide de lui donner rendez-vous là-haut ! Il n’y avait qu’un merdeux insolent pour lui proposer un plan aussi foireux. Mais il ne se faisait pas d’illusion sur le fait qu’il ait choisi un lieu désastreux juste pour l’exaspérer. Parce qu’il savait pertinemment qu’il ne pourrait pas refuser. Pas seulement à cause du contrat, mais aussi par fierté. S’il voulait faire ça dans un grenier, pourquoi pas… Tout plutôt que de se désister. Cela lui aurait trop fait plaisir de le voir abandonner. Peut-être même aurait-il insinué qu’il avait peur. Mais de quoi ? Ça le faisait chier, rien de plus. Appuyant de tout son poids sur la porte, il entreprit de donner de grands coups d’épaule. La porte grinça, couina, protesta et lui tapa sérieusement sur les nerfs avant de s’ouvrir dans un craquement sourd. « Enfin ! Même la porte est pourrie… » Une fois de l’autre côté, il se retrouva plongé dans la pénombre, aux pieds d’un petit escalier de bois. Par pur réflexe, il sortit son briquet de sa poche et l’alluma. Mais autant se rendre à l’évidence, la petite lueur qui naquit ne l’aida pas beaucoup et au final, il monta surtout les marches au feeling. Cependant, l’important était d’arriver en haut sans se vautrer comme une loque dans l’escalier et sur ce point, il s’en sortit plutôt bien. Même si le jeu n’en valait pas vraiment la chandelle – sans mauvais jeu de mot – et une fois dans le grenier, il fut plutôt déçu. Au fond, ce n’était qu’un débarras poussiéreux comme un autre.

Quelque peu blasé, il s’approcha de la petite fenêtre qui surplombait les falaises et la mer en contrebas. Au moins la vue était sympa. Ce n’était pas le grand luxe, mais ça rattrapait tout de même un peu l’intérieur miteux qui, avouons-le, ne payait vraiment pas de mine. Ce gamin avait vraiment des goûts plus que douteux… Est-ce qu’un tel endroit le mettait vraiment dans l’ambiance ? Il en doutait fort, mais tout était possible dans un endroit comme celui-ci après tout… Extirpant son paquet de cigarettes de la poche de son jean, il en sortit une et la coinça entre ses lèvres avant de l’allumer avec le briquet qu’il tenait toujours entre ses doigts. La flamme rougeoya devant ses yeux, embrasant l’extrémité de sa dose de nicotine. Une expiration, et la fumée salvatrice emplit ses poumons. Il préférait encore se détruire avec cette substance familière plutôt que de végéter dans ce lieu. Mais faute de choix, il faisait donc les deux, tentant vainement de se donner une contenance.
Dans un soupir, il s’assit sur une caisse et observa à nouveau le paysage à travers la petite fenêtre, portant de temps à autre la cigarette à ses lèvres pour en récolter le fruit vaporeux. Et, au bout de quelques minutes, un bruit de pas résonna dans l’escalier, comme une litanie lugubre. Son rendez-vous se montrait enfin. Pourtant, il était bien décidé à ne pas l’accueillir à bras ouverts, loin de là. Au contraire, si le jeune homme pouvait renoncer à leur contrat et le laisser en paix, Emrys y gagnerait sûrement. Comment avait-il pu être assez bête pour s’embarquer là-dedans ? Certes, l’argent l’avait attiré et puis, être un hôte, c’était ce qu’il faisait de mieux, non ? Juste après exaspérer le reste du monde et en rire. Sans se retourner, il s’adressa à Ezra. « Tiens, voilà le rat des greniers, bienvenue au royaume de l’ennui, prenez place et n’oubliez pas de dépérir en silence… » Sarcastique et distant à souhait. C’était du grand Emrys en quelques mots, dans ses mauvais jours et autant dire qu’il n’y en avait pas de bons dans cette prison qui dissimulait bien mal ses cadavres. Comment pouvait-il sortir de ce luxueux enfer ? Morose, il continuait à tirer sur sa cigarette comme si sa vie en dépendait. « Et après ce sera quoi ? La cave ? Ça sera dans mon top 10 des lieux foireux. Mais je présume que c’était le but, non ? » Le regard rivé vers la fenêtre, il ne l’avait toujours pas regardé. Un déni volontaire qui faisait courir un frisson de satisfaction le long de son échine. Au fond, il avait juste envie de l’emmerder à son tour. De toute façon, c’était bien plus approprié que de s’attarder sur ses traits fins et harmonieux, ou encore d’englober ce corps élancé et de l’imaginer dans le plus simple apparat. N’allez pas croire que sa mauvaise humeur ne lui donnait que de chastes pensées, bien au contraire, sa colère les transformait et l’idée de se montrer brusque lui traversa même l’esprit. Pourtant, il ne bougea pas, se concentrant uniquement sur les falaises. Quelqu’un avait-il déjà sauté depuis le sommet ? Si la chute devait être belle, il ne voulait, par contre, pas penser à l’atterrissage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



• MESSAGES : 122

MessageSujet: Re: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    Lun 27 Déc - 19:40

Il connaissait cet endroit par cœur, depuis le temps qu’il y créchait. Et pourtant, ça avait beau être comme sa propre maison, il le détestait toujours autant. Pas du tout à cause de la mort planante derrière chaque porte, chaque brique de cette foutue baraque, mais plutôt à cause de la routine. Se lever chaque jour à la même heure pour prendre le même petit dèj, accomplir les mêmes actions. Il n’y avait vraiment rien de plus chiant. Alors quand certaines personnes un brin différente des autres débarquaient, Ezra se dirigeait automatiquement vers elles. Pourtant, la plupart le décevait lamentablement, ne parvenant à l’occuper que une ou deux semaines, tout au plus. Après ce temps, il recommençait à s’ennuyer, et c’était à nouveau l’éternelle recherche d’un quelconque loisir… enfin, vous l’aurez compris, le pire fléau d’Ezra (et lui même le considérait comme le pire fléau de l’humanité), c’était l’ennui.
Heureusement pour lui, il avait rencontré quelqu’un d’assez…intéressant, au métier plus qu’inhabituel. Un hôte. Quel était le but d’un hôte ? Le jeune homme s’était intéressé de prêt à la question, depuis quelques temps, et la réponse lui plaisait assez. Quoi de mieux que quelqu’un prêt à tout pour satisfaire la moindre de vos envies, le plus petit caprice, en échange d’argent ? L’argent…c’était vraiment la clé de tout, et Ezra en avait à profusion. Il pouvait donc se payer les services du dénommé Emrys autant d’heures, de jours, de mois qu’il le souhaitait, et s’amuser avec lui de la manière qui lui plaisait. Ça pouvait donc durer longtemps, et pour une fois, Ezra était certain que l’ennui ne reviendrait pas avant un moment…Au fond, il devait dire merci à son nouveau jouet, hin ?
Le seul hic dans l’histoire ? Quelque chose ne collait pas. Un truc faisait grincer les rouages de ses plans… Mais il ignorait quoi. Et il ne voulait pas le savoir. Pourtant dès qu’il se savait proche d’Emrys ou qu’il l’avait en ligne de mire, son cœur se mettait à danser les claquettes et une vive sensation désagréable s’emparait de lui, le mettant mal à l’aise en présence de son hôte, chose qui, d’après Ezra, aurait dut être le contraire… Il détestait cette impression qui saisissait son cœur à chaque fois qu’il croisait le regard de cet homme tellement plus âgé que lui… leur relation était malsaine et il le savait… Mais ça par contre, il adorait. Parce qu’il était totalement conscient que le contrat qu’il avait passé avec Emrys emmerdait ce dernier au plus haut point, et emmerder le monde était ce que Ezra considérait comme son occupation la plus importante. Alors si pour ça il fallait filer son fric à un type qui le dilapidait en paquets de cigarettes…soit.
Aujourd’hui d’ailleurs, il devait le rencontrer. C’était pour ça qu’il avançait d’un pas rapide dans les couloirs de luxe du manoir, connaissant si bien l’endroit qu’il aurait put s’y diriger les yeux fermés. Certain aurait put trouver ça étrange, mais il avait une excuse qu’il ressortait à chaque fois. Celle d’avoir passer plus de temps que n’importe qui entre ces murs. C’était peut-être ça qui l’avait rendu un peu foufou sur les bords, il avait dut y perdre pas mal de neurones à force… Breffons. Le rendez-vous se situait dans le grenier. Pourquoi avait-il choisi un tel lieu ? Parce que très peu de personne s’y rendait, n’y voyant pas l’utilité ou ayant peut-être peur de ce qui s’y trouvait. C’était un endroit où ils seraient tranquilles, tous les deux. Ils pourraient y faire n’importe quoi. Et puis aussi parce qu’avant tout, Ezra avait choisi au pif. Un rendez-vous ? Tiiiiient, pourquoi pas…. Le grenier ? Mais oui bien sur, c’est le premier lieu qui lui était venu à l’esprit sans qu’il ne sache pourquoi, et il était certain qu’Emrys n’apprécierait pas, ce qui lui fournissait bien sur une raison de plus pour y mettre le rendez-vous. Comme on posait un pion sur une carte, il déplaçait l’hôte à sa guise dans n’importe quel lieu de ce foutu manoir de la mort, et ça lui plaisait bien…
Il arriva devant la porte du grenier et remarqua que quelqu’un l’avait déjà forcé. Tient tient, son petit trésor était-il arrivé avant lui ? Ponctuel. Mais avec ce caractère de chien, ça ne faisait qu’un tout petit point…
Il la poussa doucement, essayant de ne pas s’enfoncer des échardes dans les doigts et se retrouva face à un escalier qu’il grimpa à une vitesse parfaitement calculée. Il ne voulait pas montrer à Emrys le trouble qu’il provoquait en lui, les ouragans qu’il déclenchait dans sa tête sans même s’en rendre compte. Sa démarche semblait assurée, sur ses traits, un air arrogant était accroché. C’était le Ezra de tous les jours, en un peu mieux habillé…Atteignant la dernière marche, il dessina un léger sourire sur ses lèvres, et ce dernier s’agrandit en apercevant l’hôte prêt de la fenêtre, qui fumait sans doute sa millième cigarette de la journée… Il ne se retourna même pas, se contentant de lâcher de son habituelle voix sarcastique : « Tiens, voilà le rat des greniers, bienvenue au royaume de l’ennui, prenez place et n’oubliez pas de dépérir en silence… » Un instant Ezra se demanda si ce genre de comportement n’était destiné qu’à lui parce que ses rendez-vous emmerdaient Emrys où si il était ainsi avec tout le monde parce que c’était dans sa nature… Dans tous les cas, Ezra trouvait ça drôle et ça ne lui déplaisait absolument pas. S’il croyait l’emmerder en se comportant ainsi, c’était malheureusement loupé… Son regard détailla aussitôt l’hôte qui lui tournait le dos, s’attardant sur sa nuque découverte, ses cheveux qui brillaient de reflets de bronze sous les rayons de lumière… Il savait exactement quelle vue offrait cette fenêtre. Il savait aussi que quelqu’un avait essayé d’y sauter un jour, et qu’on avait retrouvé son cadavre dans la crique…et il savait que cela, Emrys l’ignorait. « Et après ce sera quoi ? La cave ? Ça sera dans mon top 10 des lieux foireux. Mais je présume que c’était le but, non ? » Ezra lâcha un léger rire et se rapprocha de son « jouet ». L’endroit était surchargé d’objets en tout genre ayant appartenus aux anciens participants de The Fortunate. Des objets qui semblaient inutiles, à vue d’œil, mais qui pourtant, un jour, avaient tous revêtis une grande importance aux yeux de leurs possesseurs. A présent ils étaient là, entassés, relégués au souvenir, tout comme les joueurs. Entassait-on aussi quelque part les cadavres ? ça devait faire un sacré tas, un monticule d’os, de chair, de sang, de mouches. A cette vision peu agréable Ezra frissonna et se rendit compte qu’il était à présent juste dans le dos d’Emrys. Il étudia son grain de peau. Beige, tout un nuancé d’ivoire et de pêche… « Je sais… J’ai des goûts de merde. C’est pour ça que je t’aime bien ♥ » Se décrochant de la nuque de l’hôte il le contourna pour venir s’adosser à la fenêtre, juste devant lui. Délibérément bien sur, pour qu’il ne fasse plus mine de l’ignorer. Il le regardait ainsi droit dans les yeux, et adorait ce petit frisson qui parcourait sa colonne vertébrale. Il imaginait les lèvres d’Emrys courant sur sa propre peau. Il observa le manège de sa pomme d’adam bouger lorsqu’il déglutit, et s’imagina ensuite quel goût elle pouvait avoir. Quelqu’un avait-il déjà croquer dedans ? Il aurait aimé pouvoir la mordiller… « Tu m’as l’air toujours vivant, en tout cas. Tu ne t’es sans doute pas encore assez ennuyé… Tu veux que j'y remédie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    Mer 29 Déc - 3:52


Le son de ses pas se rapprochait dans son dos. Étrangement cela suffisait à faire courir des frissons le long de son échine. Quoi qu’il veuille bien lui faire croire, le jeune homme éveillait en lui un désir qu’il dissimulait de son mieux. À la limite, il préférait encore qu’Ezra pense qu’il ne lui plaisait pas, qu’il couchait avec lui juste pour l’argent, rien de plus. Mais était-ce réellement possible qu’il en arrive à une telle conclusion. Malheureusement, Emrys en doutait sérieusement. D’autant plus que ce gamin capricieux avait également un égo de taille pour son âge. Cependant, il ne connaissait pas grand chose de la vie. D’une part parce qu’il n’avait jamais manqué d’argent, mais aussi parce qu’il ne lui donnait pas vraiment l’impression de s’être confronté à la réalité, ou tellement peu qu’il n’en avait rien retiré. Du moins, rien d’autre qu’une soif de vice intarissable, mais il s’y plongeait dedans avec l’insouciance de la jeunesse. Contrairement à l’hôte qu’il payait, il ne connaissait pas l’étendu et la profondeur de l’univers où il mettait les pieds. Il se contentait de s’y jeter désespérément. En avait-il seulement conscience ? Emrys aurait parié qu’il s’en foutait complètement. Après tout, c’était bien plus facile de brûler la vie par les deux bouts sans se soucier des conséquences. Et c’était d’autant plus vrai dans un lieu comme celui-ci. Quitte à risquer sa vie à chaque seconde, autant combler le vide du quotidien de n’importe quelle façon. Néanmoins, était-ce nécessaire de le faire dans un grenier poussiéreux qui sentait le renfermé ? Certes, l’hôte n’avait jamais eu besoin de se mettre dans une ambiance particulière pour satisfaire les désirs de ses clients, mais il préférait les lieux avec un caractère plus attrayant. Même lorsqu’ils étaient atypiques. Cependant, comme il s’y attendait, le jeune homme s’amusa de sa remarque blasée. « Je sais… J’ai des goûts de merde. C’est pour ça que je t’aime bien ♥ » Ben tiens, cette insolence ne l’étonnait aucunement. Elle s’alliait à merveille avec ses autres qualités de morveux pourri gâté. Jusque-là rien de bien original en somme. Juste ce que l’on attendait de lui en l’observant, sans même le connaître. Mais rien de tout cela ne dupait l’homme qu’il avait payé pour être là. En effet, Emrys en avait vu d’autres, assez pour savoir que c’était de cette façon que le jeune homme se dissimulait au regard des autres. Bien sûr, cela faisait entièrement partie de sa personnalité mais ce n’était qu’une face et s’il jonglait avec autant de dextérité que l’hôte, entrevoir le côté pile devait être un vrai défis. Néanmoins, ce dernier en doutait. Encore une fois, il manquait bien trop d’expérience pour cela. Mais après tout, il pouvait se tromper. Au fond, il l’espérait. Juste pour mettre un peu de piquant dans l’existence plate qu’il menait en ces lieux… Caressant sa cigarette de ses lèvres, il se délecta de la saveur familière et doucereuse de la nicotine alors qu’Ezra le contournait afin de s’appuyer contre la fenêtre. Tout cela pour l’obliger à l’observer, n’est-ce pas ? Croyait-il que son regard bleuté allait l’adoucir ? Ou comptait-il user de son corps svelte ? Remarque, Emrys n’aurait pas été contre, il aimait qu’on tente de le convaincre de cette façon. C’était plutôt amusant même. Dans tous les cas, il n’avait aucunement envie de lui montrer un quelconque intérêt juste parce qu’à présent son regard se posait sur lui à chaque fois qu’il relevait la tête. Et puis quoi encore ? Il lui en fallait tout de même bien plus que cela. Et le fait d’être payé ne l’avait jamais motivé à se montrer plus accessible. C’était d’ailleurs sa marque de fabrique. Avec lui, le client n’était jamais roi, même si, au final, il exécutait ses désirs, si ces derniers lui convenaient. Dans le cas contraire, il refusait et ne prenait pas l’argent. « Tu m’as l’air toujours vivant, en tout cas. Tu ne t’es sans doute pas encore assez ennuyé… Tu veux que j'y remédie ? » C’était bien observé. Mais croyait-il vraiment qu’il était complet dans ce lieu ? Être vivant était un état bien discutable. Et pour sa part, Emrys n’avait pas réellement l’impression de se sentir vivant dans ce genre de cage, aussi dorée soit-elle. Jamais il n’avait été d’accord pour vendre sa liberté de la sorte. Plutôt crever. Et c’était peut-être ce qui allait se produire d’ailleurs. Pourtant, il n’en éprouvait aucune peur. En revanche dès qu’il pensait au sort de son frère, c’était tout autre chose… Afin de chasser ce genre de pensées, il fit rouler la cigarette entre ses doigts avant de la porter à ses lèvres, aspirant une grande bouffée de son nectar. Puis recrachant la fumée, il observa longuement Ezra. Ce gamin l’intriguait, en réalité. Parce qu’il avait ce je-ne-sais-quoi qui lui faisait un drôle d’effet, mais aussi parce qu’il cachait quelque chose. Aux yeux d’Emrys, cela ne faisait aucun doute. Mais de son côté, il n’était pas toujours plus honnête. Alors il ne comptait pas lui tirer les vers du nez. Non, il avait d’autres questions à lui poser. Bien moins sérieuses, et c’était là le but de leur rendez-vous. « Remédiez à quoi ? Au fait que je sois encore vivant, ou bien à cet ennui chronique qui met en péril ma santé mentale déjà vacillante ? » Un sourire se peignit au coin de ses lèvres tandis qu’il continuait à jouer avec sa cigarette, seul élément familier en toute circonstance. En effet, l’hôte fumait énormément. C’était même une grosse partie de son budget et pourtant, jamais il n’avait songé à arrêter. Parce qu’il aimait bien trop ça et parce que sa santé ne l’avait jamais intéressé. À quoi bon ? La plupart des gens faisaient attention à tout, pensant qu’en ayant un mode de vie le plus sain possible, ils se mettaient à l’abri. Mais de quoi ? Ils allaient mourir de toute façon. Quoi qu’ils fassent. Alors pour sa part, il préférait vivre à fond jusqu’à en crever, satisfait d’avoir été maître de ses choix, jusqu’au bout.
Un soupir s’échappa de ses lèvres alors qu’il se relevait avec nonchalance, se rapprochant de son client si juvénile. Bien sûr, sa jeunesse était loin de lui déplaire, mais il fallait avouer que bien souvent elle l’exaspérait. Il avait passé l’âge de certains comportements puérils. Mais puisqu’il mettait un point d’honneur à s’adapter à toutes les situations, il tentait de faire de même avec celle-là. Sachant très bien que s’il venait à en avoir assez, il pouvait encore décider que leur contrat avait assez duré. Après tout, il n’avait pas à ce point besoin d’argent. Pas au point de ne plus avoir le choix, en tout cas. Cependant, même s’il se refusait à l’admettre, il savait qu’au fond, la situation n’était pas si simple. Tout simplement parce qu’elle éveillait en lui des envies et des émotions contradictoires. Et plus que tout, il ne voulait pas y penser. Pour cela, il avait déjà une idée en tête et il commença par s’appuyer contre le mur, à côté d’Ezra. Son regard pâle continuait à effleurer la silhouette du jeune homme comme s’il le jaugeait sans montrer ce qu’il pensait réellement. Lui plaisait-il ou au contraire regrettait-il qu’il ne soit pas plus vieux, ou bien plus musclé ? Mystère. « Alors qu’est-ce que tu proposes ? Que rêves-tu de faire dans ce lieu prodigieusement moisi ? » Sa voix suave et chaude comportait quelques accents provocateurs lorsqu’il avait prononcé ces quelques mots. Autant entrer dans le jeu tout de suite puisqu’ils étaient venus pour ça. Et puis, Emrys avait envie de savoir ce que le gamin avait en tête. Après tout, peut-être qu’il lui ferai changer d’avis sur le lieu qu’il avait choisi. Du moins, si le programme s’avérait être à la hauteur. Malgré sa mauvaise humeur permanente, l’hôte n’excluait aucune possibilité et il ne doutait pas un instant que son client avait de l’imagination. Cette dernière était l’apanage de la jeunesse et s’il prenait un malin plaisir à mettre les défauts de cette dernière en avant, elle avait également son lot de qualités. Un nouveau nuage de fumée se dissipa devant ses lèvres alors qu’il attendait d’y goûter, enfin si le jeune apollon ne se défilait pas, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



• MESSAGES : 122

MessageSujet: Re: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    Ven 31 Déc - 16:47

« Remédiez à quoi ? Au fait que je sois encore vivant, ou bien à cet ennui chronique qui met en péril ma santé mentale déjà vacillante ? » Cela pouvait-être les deux, en fait. Selon le souhait d’Emrys bien sur. Un accident était si vite arrivé dans cet endroit… Mais parce que cela l’amusait, Ezra laissa le doute planer sur le sens de sa proposition et se contenta d’observer l’hôte jouer avec sa cigarette. Que devenait-il sans nicotine ? Piquait-il une crise ? Le jeune homme aurait bien aimé savoir. En attendant il respirait l’odeur désagréable du tabac, et cette dernière lui picotait sévèrement la gorge et les narines. Damn. Quel vice de merde. Ils se regardaient tous les deux en silence, jaugeant l’autre. Le regard d’Emrys obligeait Ezra à réprimer des frissons. S’il savait seulement l’effet qu’il produisait sur lui…ça l’amuserait bien trop. Mieux valait qu’il l’ignore. Et inversement.
Ezra ne put s’empêcher un léger sourire en voyant qu’Emrys bougeait enfin de la chaise pour venir s’installer à côté de lui. C’était nul, parce qu’ainsi il était obligé de tourner le visage pour le voir, mais c’était également agréable car il sentait son épaule frôler le bras de l’hôte. Il le dépassait largement, et en s’en rendant compte une nouvelle fois le jeune homme se mordit la lèvre inférieure, réprimant un tic d’agacement. « Alors qu’est-ce que tu proposes ? Que rêves-tu de faire dans ce lieu prodigieusement moisi ? » Ce qu’il rêvait de faire ? Aha, s’il savait… Ezra avait préparé un petit quelque chose qui allait surement intéresser l’hôte, autant que le surprendre. « Et bien tout d’abord… tu pourrais peut-être commencer par éteindre ta cigarette ? C’est un grenier ici, les trois quarts de ce qui s’y trouve est inflammable, je sais que tu détestes cet endroit mais y foutre le feu n’est pas peut-être pas la meilleure solution pour en sortir. » Il lui offrit un sourire charmant de gosse innocent croisé tête à claque, puis s’empara de la cigarette d’Emrys, ouvrit la fenêtre et l’y jeta, gardant le même sourire niais tout au long de l’action. « En plus ça gâche ta délicieuse odeur naturelle. » Joignant le geste à la parole Ezra se pencha vers la gorge de l’hôte et y déposa un léger baiser, en profitant pour humer son parfum si « délicieux », une odeur de musc et d’eau de cologne qui mettait le jeune homme automatiquement sur orbite. Mais cela encore, Emrys devait l’ignorer, et si Ezra se permettait quelques remarques comme il venait de le faire, c’était uniquement parce que ça l’amusait. Il lâchait ça d’une voix narquoise, et personne ne le prenait au sérieux. C’était tant mieux. Car en réalité Ezra trouvait vraiment l’odeur de l’hôte irrésistible, elle le faisait planer… Quand elle n’était pas entachée par celle de la nicotine. « Et puis... Tout le monde sait que fumer tue. » Sussura t’il. Il se balança un court instant sur ses talons avant de s’écarter enfin et de s’approcher de tout le débarra qui était entassé au sol, contre les murs. Ça l’avait toujours étonné, de se dire que chaque objet avait appartenu à une personne, aujourd’hui décédée. Ça donnait un bref aperçu du nombre d’individu mort entre ces murs de pierre… et cette idée le faisait frissonner. Emrys y passerait aussi, un jour. Qu’apporterait-on de lui dans ce grenier ? Un truc ayant été cher à son cœur… son paquet de clope ? Un god ? A cette pensée il eut un léger rire et lança à l’hôte un regard moqueur. Peut-être. En tout cas il se l’imaginait bien. « Tu sais pourquoi j’aime cet endroit ?... Parce que chaque objet qui y est déposé a été étreint et chéri par des participants, qui finalement sont morts. Ils croyaient tous que ça allait cesser, qu’ils ne mourraient pas. Comme toi ou moi. Et puis finalement, ces objets se sont retrouvés là, et plus personne ne les aime. C’est un affreux tour du destin, tu ne penses pas ? Je trouve ça amusant, moi… » Avec un nouveau rire il prit une vieille balle de tennis qui trainait sur une pile de vêtement et la lança à Emrys. Se fichant totalement de savoir s’il la rattraperait ou pas, il donna ensuite un coup de pied dans les vêtements, la plupart étaient tâchés de sang, mais cela ne le perturba nullement et il en sortit quelques uns du lot pour les jeter au sol. « Tu sais jouer au strip poker ? Faut être pas mal habillé pour ça... peut-importe qu’on ait chaud au début, on finit toujours tout nu après (a) Du moins, celui qui a perdu… » Une lueur malicieuse traversa le bleu clair de ses yeux et il se hâta d’enfiler un pull noir et quelques bonnets, avant de se relever et de s’approcher d’Emrys pour caresser machinalement son torse du plat de la main. « Enfiles aussi des fringues =3 T’es pas trop vieux pour jouer à ça, t’en fais pas… enfin… à moins que tu aies peur de perdre ? (a) »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    Dim 2 Jan - 3:33


Le regard pâle et perçant d’Emrys jaugeait toujours son client avec une pointe de malice. Alors ? Quel était le programme ? La patience de l’hôte avait des limites raisonnables. Disons que s’il commençait à s’ennuyer, il prenait la tangente pour voir s’il pouvait s’amuser ailleurs. Pour le moment, leur rendez-vous venait à peine de commencer, mais il savait que ce gamin était un chieur et qu’il était capable de se croire plus malin en le laissant planter là. Autant dire que cela n’aurait vraiment pas été une bonne idée, mais bon on ne sait jamais, les mauvaises idées ça germent vite, il paraît. « Et bien tout d’abord… tu pourrais peut-être commencer par éteindre ta cigarette ? C’est un grenier ici, les trois quarts de ce qui s’y trouve est inflammable, je sais que tu détestes cet endroit mais y foutre le feu n’est pas peut-être pas la meilleure solution pour en sortir. » Tiens, ça faisait longtemps qu’il ne l’avait pas sermonné à propos de ses clopes. Et à vrai dire, cela ne lui avait vraiment pas manqué. Après tout, il fumait depuis plus de dix ans et il ne comptait pas arrêter, il aimait bien trop ça. Alors lorsque Ezra lui déroba sa cigarette avant d’ouvrir la fenêtre pour la jeter, il eut sérieusement des envies de meurtre ! Qu’est-ce qu’il lui prenait à ce petit con ?! Et c’était quoi ce sourire niais ? Il allait lui retirer, et vite ! « En plus ça gâche ta délicieuse odeur naturelle. » De quoi parlait-il ? Il se moquait de lui ? Fulminant devant tant de niaiserie, Emrys allait réagir quand il sentit les lèvres du jeune homme se poser sur sa gorge pour l’embrasser. Ce simple baiser suffit à l’arrêter dans son élan, le faisant frissonner. Décidément, il ne savait vraiment pas à quoi il jouait…. S’il essayait de l’énerver, il était sur la bonne voie, mais pour le moment, il allait garder son calme. Bien qu’avec ses clopes, il était souvent intransigeant, mais soit, ça irait pour cette fois. Vraiment, il était trop clément aujourd’hui. « Et puis... Tout le monde sait que fumer tue. » Et alors ? C’était son choix de fumer quand même. Surtout qu’il savait très bien ce qu’il risquait en se retrouvant enfermé ici, dans ce maudit manoir. Au final, il avait de plus grandes chances de mourir ici que d’un cancer. Même en fumant comme un pompier depuis tant d’années. Un soupir presque inaudible s’échappa de ses lèvres alors qu’Ezra s’éloigna en direction de la pile de vieux objets qui obstruait le grenier. Que cherchait-il ? Il ne comptait tout de même pas utiliser ses vieux trucs moisis ayant appartenus aux perdants, à ceux qui ne s’en étaient pas sortis. Est-ce qu’un jour, ses affaires personnelles se retrouveraient là ? Ses instruments qui comptaient tellement à ses yeux ? Son dernier souvenir de “lui” ? Cette pensée le révulsait. Personne ne pouvait toucher à tous ces objets. Jamais ! C’était comme des parties de son âme et même son jumeau y touchait avec parcimonie.

La voix du gamin le ramena à la réalité. « Tu sais pourquoi j’aime cet endroit ?... Parce que chaque objet qui y est déposé a été étreint et chéri par des participants, qui finalement sont morts. Ils croyaient tous que ça allait cesser, qu’ils ne mourraient pas. Comme toi ou moi. Et puis finalement, ces objets se sont retrouvés là, et plus personne ne les aime. C’est un affreux tour du destin, tu ne penses pas ? Je trouve ça amusant, moi… » L’hôte arqua un sourcil, perplexe. À vrai dire, il n’aurait pas choisi le mot “amusant” mais plutôt “pathétique” ou encore “encombrant”. Pourquoi est-ce que tous ces trophées lugubres étaient entreposés là ? Autant les jeter puisque les Leatherface avaient détruit leurs propriétaires sans le moindre remords. Perdu dans sa sombre contemplation, il faillit ne pas voir la balle de tennis qu’Ezra venait de lui lancer et il la rattrapa, in extremis, sans comprendre où ce dernier voulait en venir. Surpris, il le vit jeter sur le sol des vêtements sales et tachés qui devaient très certainement avoir une odeur désagréable. « Tu sais jouer au strip poker ? Faut être pas mal habillé pour ça... peu importe qu’on ait chaud au début, on finit toujours tout nu après (a) Du moins, celui qui a perdu… » Pas besoin de lui expliquer les règles du strip poker. À son âge, il connaissait tout de même ce jeu, surtout avec le métier qu’il faisait. Même si normalement, c’était un jeu qu’ils organisaient entre hôtes. Intrigué, il observa son jeune client enfiler un pull noir et plusieurs vieux bonnets avant de s’approcher de lui, caressant légèrement son torse. Un frisson parcourut son échine alors qu’il accrochait son regard. « Enfiles aussi des fringues =3 T’es pas trop vieux pour jouer à ça, t’en fais pas… enfin… à moins que tu aies peur de perdre ? (a) » Très drôle, vraiment. Comme s’il pouvait craindre de se retrouver nu avec le métier qu’il exerçait. Cela faisait bien longtemps qu’il avait laissé sa pudeur au placard et il était bien loin d’avoir honte de son corps. Au contraire, il le connaissait par cœur et l’avait apprivoisé depuis de nombreuses années déjà.

D’un pas nonchalant, il s’écarta, détachant son regard du sien afin de ramasser les vêtements les moins abîmés. S’il devait porter des loques, autant qu’elles ne puent pas trop le rat crevé, hein. « Pour ta gouverne, je n’ai rien contre le fait de me retrouver nu, donc perdre ne me fait rien de ce côté-là. » Sans se tourner vers son interlocuteur, il enfila un sweat, une veste, plusieurs écharpes et foulards, des gants de cuir et un magnifique chapeau noir qui lui allait bien en fin de compte. Amusé, il effectua un tour sur lui-même, comme un danseur et s’observa dans un vieux miroir rouillé. Un sourire naquit sur ses lèvres devant ce look un peu spécial mais qui ne lui déplaisait pas, puisque l’odeur n’était pas si horrible qu'il le pensait. En réalité, les vêtements et accessoires qu’il avait choisi sentaient surtout le renfermé. Alors il parviendrait à s’y faire. « Sinon, je connais le strip poker, bien sûr. J’y joue avec des collègues de temps en temps. » Un sourire se glissa au coin de ses lèvres alors qu’il laissait planer le mystère sur ces fameuses soirées entre hôtes. De toute façon, ces dernières étaient fermées aux non-initiés, elles leur permettaient de se retrouver entre eux et de parler de sujets qu’ils étaient pratiquement les seuls à comprendre. Après tout, ils avaient tous choisi une vie plutôt hors du commun.
D’un pas, il se rapprocha d’Ezra, arborant toujours se sourire énigmatique. Sans un mot, il glissa son bras autour de ses hanches. « D’ailleurs, d’habitude quand on lance ce genre de jeu, il y a toujours un enjeu… Disons que dans notre cas, le gagnant pourrait dominer le perdant. A moins que t’aies peur de perdre ? » Que c’était fourbe, n’est-ce pas ? Il retournait la provocation du jeune homme contre lui. D’autant plus qu’il savait qu’il préférait le dominer, comme beaucoup de clients, cela n’avait rien de très original. Mais Emrys, bien qu’il ait pour habitude d’être tour à tour le dominant et le dominé, n’était pas contre l’idée de mener le jeu de temps en temps. Et puis, il fallait avouer que ce pari rajoutait sérieusement du piquant au jeu. Restait à savoir si Ezra était prêt à prendre le risque, ou pas. « T’as les cartes au moins ? » Son regard brillait d’une lueur amusée alors qu’il se penchait, effleurant l’arête de sa mâchoire du bout des lèvres, avant de s’éloigner et de lui tourner le dos avec une lenteur calculée. Après tout, c’était lui qui avait lancé le jeu, l’hôte ne faisait que le suivre, voire même le pousser plus loin encore sur cette pente quelque peu glissante.
Sans se retourner, il glissa sur un ton légèrement froid et sec. « Ah et sache une chose… Si tu t’avises encore une fois de jeter une de mes clopes de cette façon, tu n’apprécieras pas le retour de flamme. » Eh oui, les cigarettes c’était sa drogue personnelle et par conséquent, c’était sacré !

Revenir en haut Aller en bas
avatar



• MESSAGES : 122

MessageSujet: Re: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    Dim 2 Jan - 12:50

Ezra le regarda s’éloigné pour s’approcher des vêtements qu’il avait préalablement trié. Il acceptait ? Tant mieux, ça aurait tout gâché sinon. De toute manière la probabilité qu’il refuse d’y jouer était carrément nulle, Ezra le savait. Il lui avait cependant laissé le choix, comme d’habitude… mais il connaissait d’avance la réponse. « Pour ta gouverne, je n’ai rien contre le fait de me retrouver nu, donc perdre ne me fait rien de ce côté-là. » Pour sa gouverne ? Aha. Ça datait de quand cette expression qui puait le bourge ? Evidement qu’il n’avait pas peur de se retrouver nu. Ezra non plus d’ailleurs, sinon il n’aurait jamais proposé. Et de toute manière…il y avait au moins 70% de chance pour qu’il soit le perdant, parce que contrairement à l’hôte, il n’y avait joué qu’une seule fois avant…donc évidemment, il n’allait pas se plaindre de se retrouver nu. Il ne répondit rien, c’était trop stupide. Il se contenta de le regarder prendre à son tour des habits. Dis donc, il en rajoutait une sacré couche. Il faudrait qu’Ezra se rajoute aussi une ou deux écharpes pour combler la différence. Un sourire amusé étira ses lèvres lorsque l’hôte se pavana devant le miroir. Quel narcissisme. Il s’inquiétait donc tellement de son apparence ? « Sinon, je connais le strip poker, bien sûr. J’y joue avec des collègues de temps en temps. » Waou. Quelle vie palpitante il devait mener… Dommage, maintenant il ne pouvait plus faire mumuse avec ses amis. Mais Ezra allait se charger de l’occuper quand même, il allait l’aider à ne pas s’ennuyer, hin ? Le sourire qu’Emrys afficha le fit frissonner. Le jeu allait sans aucun doute être intéressant. Lorsque l’hôte se rapprocha il réprima son envie de reculer à son tour d’un pas, et le laissa passer un bras autour de ses hanches. La tête lui tourna alors que la sensation du corps du jeune homme, à quelques centimètres du sien, faisait monter en lui une vague de désir d’une telle intensité qu’il en eut le souffle coupé. « D’ailleurs, d’habitude quand on lance ce genre de jeu, il y a toujours un enjeu… Disons que dans notre cas, le gagnant pourrait dominer le perdant. A moins que t’aies peur de perdre ? » Ezra baissa le visage vers la main de l’hôte posée sur sa hanche, cherchant à cacher son trouble. Merde. Il frissonna une nouvelle fois. C’était une provocation, évidemment. Et Ezra était obligé d’accepter, bien que les perspectives qu’elle offrait ne l’enchantaient guère. M’enfin…ce n’était pas si grave… il pouvait gagner après tout, on ne sait jamais. Et dans ce cas ça ne changerait pas de d’habitude. Et s’il perdait et bien, c’était tant pis. Mais il ne chercherait pas à s’enfuir. Il essaya de ne pas y penser, chassant de son esprit l’image plus que torride qui s’y était imposée, et qui l’avait subitement mis mal à l’aise. D’ailleurs, ses joues avaient pris une teinte légèrement rose. Le bleu pâle de ses yeux s’était assombri de désir. Ça aussi, c’était mauvais pour lui… Bon au moins, ça le motiverait à tout donner pour gagner. « T’as les cartes au moins ? » Ezra acquiesça et sentit les lèvres de l’hôte effleurer l’arrête de sa mâchoire. Son cœur loupa un battement l’espace d’une minuscule seconde et il eut l’impression que le flux de sang dans ses veines s’inversait, changeant de sens, courant plus vite dans son corps. C’était étrange… Il avait l’impression qu’Emrys menait à présent le jeu, que c’était lui qui décidait, et que jusqu’à maintenant, si Ezra avait eut la main c’était simplement parce que lui, Emrys, l’avait bien voulu… mais le jeune homme n’était pas d’accord avec ce principe. Il était le client, c’était lui qui dirigeait, point final. Hors de question de se laisser entraîner. Pourtant malgré ce qu’il se répétait dans son esprit, la désagréable impression que le jeu lui échappait persistait. Peut-être parce qu’il se retrouvait à présent dans une situation précaire, bancale, qu’il ne pourrait pas contrôler ? Tout ne serait dut qu’au hasard, maintenant… L’hôte se détacha enfin de lui, et Ezra sentit un poids s’envoler de ses épaules, la tension dans son corps redescendre d’un cran… « Ah et sache une chose… Si tu t’avises encore une fois de jeter une de mes clopes de cette façon, tu n’apprécieras pas le retour de flamme. » Donc oui, il piquait bien une crise lorsqu’on lui retirait ses cigarettes. Tssss. Cependant Ezra ignora cette dernière phrase, ou tout du moins fit mine de l’ignorer. A la place il fouilla dans les poches de son jeans et en sortit le paquet de cartes tant attendu. « Evidement que j’ai les cartes, sinon je t’aurais pas proposé. » Il leva les yeux au ciel et traversa d’un pas la distance qui le séparait d’Emrys. Son sang se remit à bouillonner. Sur la pointe des pieds il posa sa tête sur son épaule, collant son torse contre son dos, se pressant malicieusement contre lui. « Et non, je n’ai pas peur de perdre. » Murmura t’il doucement au creux de son oreille avant de se laisser tomber en tailleur au sol, s’asseyant confortablement sur les vêtements qu’il avait jeter par terre quelques minutes plus tôt. Il la sentait mal, son idée de strip poker, qui lui avait pourtant parue lumineuse sur le coup. C’était ça de jouer au con hin. Mais il irait jusqu’au bout, parce que vouloir s’arrêter aurait montrer à Emrys sa peur de perdre, et il en était absolument hors de question. Il n’allait tout de même pas s’auto-humilier ! Il aurait fallut être crétin. Reprenant son calme Ezra tendit le jeu à l’hôte. « Vas y, distribues. » Lâcha t’il avec un petit sourire. La lueur malicieuse qui s’était nichée dans son regard ne l’avait toujours pas quitté. Certes, il appréhendait la suite, mais une part de lui même désirait plus que tout que le jeu dure le plus longtemps possible… ne voulant pas mettre un terme aussi rapidement à cette entrevue si précieuse…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    Jeu 6 Jan - 20:07


Sans même se retourner, Emrys l’entendit fouiller dans ses poches et il devina aisément que le jeune homme cherchait son jeu de cartes et la confirmation ne tarda pas. « Evidement que j’ai les cartes, sinon je t’aurais pas proposé. » Peut-être bien, m’enfin l’hôte avait de sérieux doutes. Mais tant qu’il avait les cartes, le reste importait peu. D’ailleurs, maintenant que tout était prêt, il était sur le point de se retourner quand il sentit Ezra se glisser dans son dos. Un frisson parcourut son corps alors que le jeune homme venait se lover contre lui. Même à travers les vêtements, il pouvait sentir la chaleur qui émanait de lui, et ça lui faisait bien plus d’effet qu’il ne l’aurait voulu… Sentant la tête de son jeune client se poser sur son épaule, il devina qu’il était perché sur la pointe des pieds afin de compenser leur différence de taille. Mais ce qui attirait davantage son attention, c’était son corps qui se pressait contre le sien de cette façon sensuelle qui éveillait ses envies de façon bien trop obsessionnelle. « Et non, je n’ai pas peur de perdre. » Ces quelques mots, délicieusement murmurés au creux de son oreille, l’enivrèrent davantage encore. Cela voulait-il dire qu’il acceptait son enjeu ? Parfait, dans ce cas. C’était même une nouvelle très alléchante qui donnait envie à Emrys de gagner cette partie. Bien sûr, s’il perdait, cela ne changerait pas grand chose, il prendrait quand même son pied, mais un peu de changement pourrait lui plaire. D’autant plus que dominer ce petit homme qui aimait mener la danse d’ordinaire, c’était une idée très… excitante.

Lentement, il se retourna puisque Ezra s’était écarté, le libérant de la léthargie dans laquelle il s’était plongé sans s’en apercevoir. Après tout, il n’y avait rien de plus agréable que la chaleur d’un corps masculin contre le sien. D’aussi loin qu’il se souvienne, il avait toujours nourrit cette attirance exclusive pour les hommes. Pourtant, le modèle qu’il avait eu à la maison était sûrement l’un des pires représentants de la gente masculine… Mais qu’importe, Edryss était là pour changer la donne, irradiant tout le reste et au fond, il n’y avait toujours eu que lui. Son centre de gravité. Et surtout la seule personne qu’il pouvait aimer sans crainte. À ses côtés, il avait toujours été plus fort, même dans ce manoir.
Perdu dans ses pensées, son regard n’avait pas quitté le jeune homme, qui était à présent assis sur le tas de vêtements qu’il avait amoncelé sur le sol quelques instants plus tôt. D’apparence relativement calme, ce dernier lui tendit le paquet de cartes. « Vas y, distribues. » Sans hésitation, l'hôte s’empara du jeu et s’assit à son tour, s’appuyant contre une caisse en bois. Il était prêt, et bien plus confiant que son jeune ami puisque contrairement à lui, il n’avait pas grand chose à perdre. Ce dernier prenait toujours un malin plaisir à le dominer, puisque c’était bien là la seule liberté qu’Emrys laissait à ses clients. Néanmoins, il n’était pas contre un peu de changement, bien entendu. Alors qu’il mélangeait le jeu de cartes, il jetait furtivement des regards au jeune homme afin de voir si celui-ci gardait son flegme ou s’il se laissait à trahir sa nervosité. En effet, l’hôte n’était pas dupe, il se doutait bien qu’Ezra devait craindre de perdre son privilège de domination. Après tout, cela devait être grisant de mener la danse avec un amant de huit ans son aîné. L’idée de se retrouver à la fois le soumis et le plus jeune des deux devait l’inquiéter un tout petit peu quand même.

Une fois les cartes bien mélangées, Emrys en donna deux à son jeune compagnon avant de s’en distribuer deux à son tour. Puis, une fois que ce fut fait, il posa, entre eux, le tas qui restait. « À toi de dévoiler les autres cartes. » Avant que les premières cartes ne lui soient montrées, l’hôte s’empressa de jeter un regard à son jeu et sur ce point là, il ne fut pas du tout déçu. Après tout, un roi et un valet, c’était une bonne main. D’autant plus que c’était la première. Peut-être que la chance était de son côté après tout. Mais il ne voulait pas non plus se précipiter, loin de là. Il était même tout à fait conscient que le jeune homme pouvait avoir eu des cartes encore plus avantageuses que les siennes, surtout qu’il ne pouvait pas encore anticiper le reste de la partie. À vrai dire, il n’avait jamais été doué pour tout ce qui était pronostics et autres statistiques qui permettaient aux joueurs professionnels d’évaluer à l’avance leurs chances de réussite afin d’adapter leur jeu en conséquence. Pour sa part, il était un joueur plus qu’occasionnel et il jouait au feeling, rien de plus. Et pour être honnête, il ne gagnait pas souvent. Autant par manque de motivation que par manque de talent. En effet, le but dans ces soirées, c’était surtout de tout finir à moitié nus et d’enchaîner les paris stupides. Les cartes n’étaient au fond qu’un prétexte pour lancer la machine, commencer la soirée en douceur. Posant son jeu devant lui, il releva les yeux vers Ezra. « Dis-moi petit, tu joues souvent à ce genre de jeu ? » Sa voix était neutre et fluide, comme s’il cherchait juste à faire la conversation. Mais en réalité, il n’avait pas uniquement posé cette question pour s’informer sur les habitudes de son client. Au contraire, il avait envie de voir si ce dernier allait être honnête ou bien se noyer dans le mensonge afin de masquer le malaise qui s’était emparé de lui. Dans tous les cas, dissimuler la vérité ne marcherait pas longtemps, puisque généralement un joueur régulier et un novice étaient facilement différentiables au cours d’une partie. Aucun des deux n’avait la même façon de mener le jeu, c’était évidemment.

Concentré, le regard pâle de l’hôte ne cessait d’épier le jeune homme qui lui faisait face. Au fond, ce qui lui plaisait le plus dans leurs entrevues, outre leurs moments d’intimité, bien entendu, c’était de tester Ezra pour savoir jusqu’où il pouvait aller. Derrière ses airs de petit merdeux, il y avait quelque chose qui l’intriguait chez ce gamin. Pire encore, ça l’attirait vers lui et même s’il l’avait voulu, il n’aurait pu mettre un terme à ce qui les liait, à présent. Cependant, il se gardait bien de divulguer, voire même de laisser transparaître cette impression dérangeante. Afin de la chasser, il esquissa un sourire en coin avant de murmurer. « Alors comme ça, tu es prêt à accepter de devenir mon soumis si je gagne ? » Joueur, il plongea son regard dans celui du jeune homme alors que ses doigts s’entremêlaient instinctivement à l’un des foulards qu’il avait glissé autour de son cou. Geste vide de sens ou un moyen d’évacuer la tension qui s’accumulait dans son corps à chaque fois qu’il songeait à la proximité de son partenaire et à ce qu’ils étaient sur le point de partager ? « C’est intéressant, je trouve… » Sans se départir de son sourire, il s’installa nonchalamment contre la caisse qui se trouvait derrière lui, se mettant dans une position plus confortable. À moitié affalé contre l’objet, il attrapa un vieux coussin pour le mettre entre son dos et la paroi de bois. A présent, c’était bien plus confortable et ils pourraient resté dans ce vieux grenier des heures, peu lui importait… Après tout, ça sentait peut-être le renfermé, mais les rendez-vous qu’il partageait avec Ezra était l’une de ses rares distractions, alors il comptait bien en profiter un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



• MESSAGES : 122

MessageSujet: Re: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    Sam 8 Jan - 22:58

Pour ceux qui n’y connaissent rien, un petit cours de rattrapage (a) ♥
Spoiler:
 





    Ezra ne put s’empêcher un léger sourire en coin en voyant les cartes qu’Emrys venait de lui distribuer. Il commençait bien, tient, avec une reine et un huit de carreau. C’était plutôt pas mal, même s’il n’allait sans doute pas gagner avec ça, du moins si l’hôte était tombé sur des cartes plus fortes que les siennes, ce qui était tout à fait possible. Il était content néanmoins de ne pas être tombé sur un deux, et déçu de ne pas avoir attrapé un As. Tant pis. Mais il devait gagner, il fallait qu’il gagne absolument. Pas question de perdre. « À toi de dévoiler les autres cartes. » Ezra releva les yeux vers Emrys. Et il disait y avoir déjà joué, hin ? Etait-ce un test ? Pour savoir si le jeune homme y avait déjà joué ou pas, savoir s’il connaissait les règles ? C’était stupide. Ezra garda le silence. Ils avaient oublié quelque chose, il en était sur et certain. Mais il ne parvenait pas à se rappeler quoi. Ça l’agaçait. De même que les manières de celui qui lui faisait face, qui prenait un malin plaisir à lui jeter de brefs coups d’œil. A quoi s’attendait-il donc ? Il pensait vraiment qu’Ezra allait craquer et stopper le jeu ? Alors que ça n’avait même pas encore commencer ? Plutôt crever. Il avait toujours été joueur, et il aimait prendre des risques. Si Emrys croyait qu’il allait se laisser aller à ronger son frein, à se dévoiler sous prétexte qu’il était angoissé… Certes, il n’avait aucune envie de perdre, être le soumis de l’hôte ne le tentait pas vraiment… mais il n’allait pas pour autant perdre le contrôle de lui-même. Qui disait qu’il n’avait aucun self-contrôle ? Lui ne se rongeait pas les ongles ni ne se tordait pas les doigts, ne se mordillait pas la lèvre inférieure… non, lui, quand il était nerveux, il contractait ses abdos. Un tic carrément hors norme que personne ne voyait, ce qui était plutôt pratique. Quoiqu’il paraissait un brin plus raide, mais ce n’était pas si grave, tant que son visage ne laissait rien transparaître. Après tout, c’était ça le poker. Juste un coup de bluff. « Dis-moi petit, tu joues souvent à ce genre de jeu ? » Autant que toi on dirait, aha. Ezra se souvenait enfin de ce qui manquait. La mise. Il fallait des jetons, mais il n’en avait pas, il ne possédait que les cartes. Ce n’était pas grave, il avait une idée bien plus intéressante… Cependant à nouveau, il garda le silence, se contentant de relever les yeux vers l’hôte pour croiser son regard clair si semblable au sien. Pourquoi posait-il la question ? S’intéressait-il vraiment à ses anciennes expériences de jeu ou était-ce autre chose ?... « Non. C’est seulement la deuxième fois. » Murmura t’il. Il avait choisi de dire la vérité. Ça ne valait pas le coup de mentir sur ce genre de questions, même si ainsi il avouait sa faiblesse, cette dernière se serait sans doute révélée tôt ou tard au cours du jeu, avec une erreur stupide ou une faute de novice. Il devait garder son calme, rester patient, analyser tout ce qui se présentait à lui. C’était la clé pour gagner, il le savait, mais il ignorait encore s’il y parviendrait… Le sourire en coin qu’Emrys afficha soudain le fit frémir. « Alors comme ça, tu es prêt à accepter de devenir mon soumis si je gagne ? » Je ne vais pas perdre, abruti ! Tu peux crever pour gagner ! Ezra lui aurait bien hurlé ça à la figure mais il n’était pas sur que ça passe, l’hôte lui en aurait sans doute mis une belle et aurait mis un terme au rendez-vous. Il resta donc de marbre, cillant à peine, continuant de l’observer. Et il ne loupa rien de ses doigts qui caressèrent le tissus d’un de ses foulards, et il s’imagina un instant ce que ça pouvait faire qu’ils se glissent de la même façon sur sa peau… un nouveau frisson le secoua et il baissa les yeux, par mesure de précaution. Il ne devait pas l’observer. Qui sait ce que Emrys aurait put lire dans son regard, le désir lancinant qui l’obsédait. « C’est intéressant, je trouve… » Ezra garda son attention rivée sur le paquet de cartes, et en voyant du coin de l’œil que l’hôte s’installait plus confortablement sur la caisse où il s’était assit, il plongea à nouveau la main dans la poche de la veste qu’il avait ramené pour en sortir son porte monnaie. Il se força à masquer sa nervosité derrière un sourire malicieux qui plissa le coin de ses yeux de petites ridules d’amusement, alors qu’il sortait doucement un billet de 100 dollars. « Vu que tu n’as même pas encore remarqué qu’on avait oublié de miser, je pense que j’ai pas mal de chance de gagner… Ta mémoire m’a l’air défaillante. Mais ça doit être l’âge, hin ? » Il posa le billet au milieu, à côté des cartes, et adressa à Emrys un visage rayonnant, avant de s’expliquer. « Puisque tu as fixé l’enjeu, je vais fixer quelque chose moi aussi. Ça c’est l’argent que je te dois pour ce rendez-vous. Donc au cours de la partie, tu peux le gagner ou le perdre. Tu peux gagner plus que ce que tu aurais dut avoir normalement, c’est à dire 500 dollars, tout comme tu peux ne rien avoir du tout. » Ezra posa son porte monnaie à côté de lui et se leva ensuite pour rapprocher un vieux poste de radio et le brancher dans un coin de la pièce, l’allumant ensuite avec précaution. La musique un peu jazz se déversa doucement dans le grenier. Si quelqu’un s’approchait un peu, il croirait que les morts s’étaient réveillés pour faire la fiesta. Cette pensée le fit doucement sourire et il retourna ensuite à sa place. « A toi de miser, après on dévoilera les autres cartes (a) » Et dire qu’il se payait des rendez-vous à 500 dollars avec un vieux aigre et insolent, tout ça pour ne pas s’ennuyer. Et qu’en plus il aimait ça. Mais où allait le monde ? Il s’étonnait lui-même. Au fond, il ne savait pas exactement ce qui lui plaisait chez Emrys. Mais en tout cas il était en train de devenir accro, et ça ne le dérangeait pas plus que ça. S’il lui suffisait de payer pour pouvoir bénéficier de sa présence… Il espérait juste ne pas perdre, aujourd’hui. Parce qu’il n’était pas certain d’apprécier ce qu’il devrait donner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    Lun 10 Jan - 3:44


Comme il s’en doutait, Ezra n’était pas un habitué du poker. Certes lui non plus, mais il ne jouait pas vraiment sa fierté. Perdre ou gagner à un jeu de cartes lui importait peu. Tant qu’il ne s’ennuyait pas dans un recoin de ce maudit manoir, c’était déjà ça de gagner. Et autant dire que jouer avec son jeune client l’aidait à passer le temps. Au fond, même s’il n’aurait jamais dit la vérité, il appréciait leurs rendez-vous, même si cette pensée le mettait mal à l’aise. Simplement parce qu’il ne savait pas vraiment pourquoi. Après tout, il devait tout de même supporter un petit morveux, de huit ans son cadet et qui lui faisait régulièrement des caprices d’enfant trop gâté. Au moins, ce dernier avait-il été honnête lorsqu’il lui avait avoué son manque d’expérience en matière de poker. À ce niveau-là, ils étaient quasiment sur un pied d’égalité puisque aucun des deux n’était un véritable joueur. Même si, à première vue, le jeune homme s’imaginait avoir l’avantage. Encore un relent de son insolence enfantine, sans doute. Alors qu’il venait de sortir son porte-monnaie afin d’en extraire 100 dollars, il lui fit remarqué son oublie, comme si il s’agissait d’un affront au monde du poker… « Vu que tu n’as même pas encore remarqué qu’on avait oublié de miser, je pense que j’ai pas mal de chance de gagner… Ta mémoire m’a l’air défaillante. Mais ça doit être l’âge, hin ? » Et il se croyait sûrement drôle. Mais s’il le lançait sur l’âge, il risquait de le regretter, parce qu’à 27 ans, ces nombreuses années d’existence lui conféraient à la fois maturité et expérience alors qu’Ezra, lui, n’était encore qu'un gamin, sans expérience de la vie. De toute façon, il y avait peu de chance qu’une blague sur sa mémoire ne le vexe, cette dernière ne lui faisait, au contraire, pas assez défaut à son goût… Au fond, s’il n’avait pas pensé à la mise, c’était parce que ses collègues et lui-même ne misaient jamais leur argent, préférant se déshabiller directement, voire jouer avec des jetons sans valeur. Puisque, rappelons-le, ce jeu n’était qu’une excuse pour chauffer l’ambiance, alors ils n’allaient tout de même pas se vider les poches pour rien. Cette idée ne les intéressait pas vraiment et il était aisé de deviner pourquoi. Attentif, le regard d’Emrys suivit les gestes de son client qui posa le billet à côté des cartes, avec un air plus que satisfait. Que voulait-il faire ? S’il pensait que l’hôte allait miser ses économies dans une partie de poker, il rêvait complètement. « Puisque tu as fixé l’enjeu, je vais fixer quelque chose moi aussi. Ça c’est l’argent que je te dois pour ce rendez-vous. Donc au cours de la partie, tu peux le gagner ou le perdre. Tu peux gagner plus que ce que tu aurais dut avoir normalement, c’est à dire 500 dollars, tout comme tu peux ne rien avoir du tout. » Fronçant les sourcils, il regarda encore le billet. Certes, c’était bien beau tout ça et perdre la somme qui l’aurait du gagner à la limite ne le dérangeait pas, mais pourquoi il accepterait d’en rajouter en piochant dans ses économies ? Il ne roulait pas sur l’or, lui, contrairement à Ezra. Même si son métier d’hôte lui rapportait pas mal d’argent, ce n’était pas comparable pour autant. Perdu dans ses pensées, il suivit à peine les mouvements du jeune homme qui se leva afin d’allumer un vieux poste de radio, avant de venir se rasseoir en face de lui. Un vieil air de jazz d’époque emplit l’air de la pièce poussiéreuse. C’était la touche finale de ce voyage dans le temps. Pour être honnête, il avait rarement passé un rendez-vous aussi étrange. Et pourtant, il avait des clients assez particuliers, mais il s’attendait à leurs extravagances. Alors que la partie de strip-poker dans un vieux grenier moisi, ce n’était pas le genre d’originalité à laquelle on s’attendait. « A toi de miser, après on dévoilera les autres cartes (a) »

Un soupir las s’échappa de ses lèvres alors qu’il restait immobile, fixant son jeune client. « Et avec quoi veux-tu que je mise ? C’est toi qui a l’argent que je devais gagner. Si tu crois que je viens au rendez-vous avec mon porte-monnaie, tu te trompes. » En effet, il n’avait pas besoin d’argent lorsqu’il avait rendez-vous en tant qu’hôte, puisque c’était toujours le client qui déboursait. Pour sa part, il n’était là que pour gagner sa vie. Bien sûr, il y prenait parfois du plaisir, souvent même. Mais cela ne changeait rien, ce n’était qu’un avantage, rien de plus. D’autant plus que c’était justement pour ça qu’il avait choisi de faire ce métier. « Et puis même si j’avais eu de l’argent, je ne vais pas te donner ce que j’ai gagné… Tu choisis ce que tu veux faire avec moi lors des rendez-vous, mais je te donne pas ce que j’ai déjà. Je ne suis pas stupide, niveau argent, tu n’as pas grand chose à perdre mais moi, si je mise 100 dollars à chaque tour, je ne vais pas pouvoir jouer longtemps. » Il n’avait pas honte de le dire. Après tout, il n’y avait aucune honte à ne pas être né avec une cuillère en argent dans la bouche. À vrai dire, avec son père ivrogne et haineux, il était même loin du compte. Mais il ne s’en était jamais plaint. À quoi cela aurait-il servi ? Il valait bien mieux se battre et s’en sortir quand même, malgré les difficultés. Pour cela, le métier d’hôte l’avait bien aidé. Et vendre son corps ne le dérangeait pas plus que ça. Ce n’était qu’une enveloppe, et le reste restait plus inaccessible que chez la plupart des gens. C’était l’essentiel. Posant les cartes devant lui, il chercha une solution plus appropriée. En pleine réflexion, il sortit son paquet de cigarettes et commença à le faire tourner dans ses doigts. Machinalement, il en extirpa une et la fit rouler entre ses doigts, la tapotant de temps à autre contre le carton de l’emballage. « Si tu veux, je peux miser mes fringues et toi de l’argent, mais ça va être dur de trouver des équivalences... C’est pour ça qu’entre collègues, on se contente d’enlever des vêtements, je n’ai jamais joué d’argent. » À ses yeux, gaspiller son argent pour un jeu n’avait aucun intérêt, il y avait des trucs bien plus intéressants à parier après tout. Comme par exemple qui dominerait leur corps à corps. Mais ça, c’était une autre histoire, avant il devait jouer la partie et Ezra semblait tenir aux règles habituelles du jeu. Sauf qu’Emrys allait avoir du mal à les suivre sans argent. Ils étaient donc bloqués là.
Finalement, il n’était pas sûr que le jeu soit bien choisi. Bien sûr, il aimait les défis, mais pas dans ce genre-là. Instinctivement, il coinça la cigarette entre ses lèvres et l’alluma. Un geste presque inconscient qui accompagnait un bon nombre de ses pensées. Quelque peu refroidi et bougon, il se leva et commença à évoluer sur le plancher qui craquait sous chacun de ses pas. Recrachant la fumée du tabac, il remarqua à peine qu’il suivait le rythme de la musique, jouant même avec le bord de son chapeau. Bien qu’il ait conscience d’avoir mauvais caractère et de n’en faire qu’à sa tête, comme un vieux loup solitaire, il ne chercha pas à proposer d’autre compromis. Cela l’aurait ennuyé et d’aussi loin qu’il se souvienne, il avait toujours agi ainsi, décontenançant de nombreux clients. En effet, ces derniers s’attendaient à ce qu’il coopère plus facilement, alors que d’autres essayaient de le coincer en jouant avec sa fierté mais cette dernière ne suivait pas les mêmes règles que la leur. Comme l’homme qu’il était, elle avait un mode d’emploi bien spécifique, qui échappait à tout être humain. À part peut-être son frère, et encore, ce dernier ne le suivait pas toujours parfaitement. Mais qui aurait pu lui en vouloir pour ça ?


HJ - merci pour les règles chérie, t'assures

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥    

Revenir en haut Aller en bas
 

« The endless worries are out of reach » ❧ feat. Ezra ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fortunate ::  :: Corbeille-
Sauter vers: