AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Master Of Your Life



• MESSAGES : 113
• CREDITS : Libertines
• HUMEUR : Bad.

MessageSujet: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Mar 28 Déc - 21:21




« Petit papa noël,
quand tu descendras du ciel,
avec tes jouets par milliers
surtout n'oublies pas
ni mes petits souliers
ni le mort caché sous l'escalier... »

Vous voila dans cette immense salle de bal, grande ouverte en cette soirée de fête. Tout est là pour vos yeux terrifiés, cocktails avec ou sans alcool, gâteaux au chocolat et aux fruits exotiques, petits apéritifs. Admirez donc et profitez, qui sait, c'est peut-être la dernière chose que vous verrez avant que la mort ne vienne vous cueillir. Car si tout ce décor dégouline de somptuosité et de luxe, les couleurs ne sont pas sans vous rappeler...celles du danger que vous courrez tous, à vivre entre les murs de ce manoir. Rouge, noir, gris...que de joie, n'est-ce pas ? Même les gâteaux au chocolat semblent être colorés de sang, avec leurs petits cerises pourpres.
Mais nous, LeatherFace, aimons gâter nos chers et tendres résidents, et pour l'occasion nous vous avons offert de jolis vêtements. Ces derniers ont été déposés sur vos lits, plus tôt dans la soirée. Interdiction d'entrer si vous ne les portez pas, et un conseil, vous avez plutôt intérêt à être présent. Car cette soirée sera inoubliablement sanglante...
Avouez le, vous nous aimez et nous adulez. Et vous nous aimerez encore plus lorsque vous verrez quels cadeaux nous vous avons soigneusement réservés. Quand et comment vous seront-ils distribués ? Allons, nous n'allons pas vous gâcher la surprise, nous ne sommes pas si cruels.

Follement vôtre
Vos dévoués LeatherFace


    Inutile de s'inscrire pour participer à cette intrigue, tout le monde a le droit d'y participer, mais pas plus de deux postes par personnage jusqu'à l'intervention des LeatherFace, histoire que l'intrigue avance rapidement. Après l'intrigue, vous pourrez poster comme vous le souhaitez. Pour cela nous avons également installer le système de réponde rapide. Pour plus d'informations se référé au sujet ICI
    A vos claviers !




ouvert - fermé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-fortunate.forumsactifs.net
avatar



• MESSAGES : 276
• CREDITS : libertines
• HUMEUR : Hystérique

MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Mar 4 Jan - 2:07



    Une bande de petits animaux craintifs, que la curiosité aura fini par pousser hors de leurs cages dorées. Pour cette mascarade festive, ils avaient tous revêtu leur plus beaux vêtements. C'était ridicule au possible. Certains ressemblaient à des poissons rouges dans leur bocal, affichant leurs allures charismatiques et leurs grandiloquences à qui voulait bien leur témoigner un quelconque intérêt, d'autres rasaient les murs par faute de n'avoir une tenue ou la tchatche digne de créer une quelconque concurrence. Malgré qu'ils veuillent le cacher, tous transpiraient discrètement ce sentiment rongeant qu'on appelle communément la peur. Faire une fête dans cet endroit était aussi insensé que de partir en randonnée dans son salon. Comment faire une fête là où la méfiance et la nervosité écrase toute tentative d'euphorie ? Ils savaient tous ne pas être ici dans un club de vacances, ils ne savaient pas grand chose d'autre, mais ça ils n'avaient pas besoin d'avoir fait bac plus 10 pour le comprendre. Cette fausse bonne ambiance, cette impression de chaleur qu'on avait en voyant ce buffet magnifique, infesté de tout ce que vous pouviez rêver de manger et de boire en ce jour de fête, ce n'était que de la poudre aux yeux, une blague, factice. Quelque chose pour leur faire oublier l'espace de quelques heures que dans leurs dos se tramaient des choses peu agréables. Entré dans la salle, Gaël resta relativement de marbre, il savait tous ça et pourtant ça ne l'avait pas empêché lui aussi de sortir de sa cage. Ne vous méprenez pas, ça n'avait rien avoir avec de la curiosité ni même l'envie de se mêler à la foule, que nenni ! S'il avait lui aussi cherché des heures après une tenue digne de ce nom et qu'il avait rappliqué, c'était pour une raison bien plus triviale, presque animale même. Il crevait de faim et avait une flemme monumentale de se préparer quelque chose. Là, on mettait à sa disposition un banquet carrément ! Il allait pas cracher dessus. Déjà parce que cracher c'est moche, faussement viril et mal poli, mais aussi parce qu'il ne tenait pas à empêcher les gens de manger eux aussi. Quoi que maintenant que j'évoque cette idée ça pouvait être relativement drôle de leur couper l'appétit.

    Son costume était d'un noir uni impeccable, contrastant parfaitement avec sa peau pâle. La chemise blanche, la cravate noire elle aussi. Simple, ennuyeux, mais sophistiqué. Pas comme ses cheveux qu'il n'avait pas vraiment cru bon de coiffer. Une tête à la mode "tombée du lit" avec des épis calculés par ci par là et une barbe de trois jours très seyante. Ou, comment donné un peu de punch à une tenue affreusement austère et banale sans avoir l'air d'un bouffon avec des converses de couleurs qu'on repère à vingt mètre à la ronde. A croire que malgré sa vie passée dans la rues Gaël avait l'habitude de ce genre de mondanité. C'était un peu le cas en fait. De temps en temps, lorsqu'il appréciait particulièrement la cliente, ou qu'elle payait bien, il s'improvisait Escort Boy et sortait ses charmantes amantes esseulées, au gré de leurs envies de femmes mûres et installées dans leurs routines, mais en quête de nouveauté. Comme s'afficher au bras d'un grand gaillard à une exposition de peinture ou quelconques autres vernissages pour taper dans l'œil des copines. Il l'avait mit à de nombreuses occasions, l'avait enlever d'aussi nombreuses façons. Cette situation, ce métier ou plutôt activité, restait relativement tabou dans notre société. Peut être qu'à ces souvenirs frivoles il aurait du se sentir honteux ou du moins effacer ce petit sourire espiègle qui flottait sur ses lèvres. Il n'en était rien, et c'est d'une démarche nonchalante et à la fois d'un déhanché félin qu'il se rendit à la grande table dressée dans un coin de la sale. Les zakouskis lui faisaient de l'œil depuis qu'il était entré s'en était devenu insupportable !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 122

MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Sam 8 Jan - 19:28

Chaque personne dans cette salle était un bourreau et une victime potentielle. Dans cet endroit, votre voisin de chambre pouvait devenir votre assassin. Comment faire confiance aux gens quand d’une minute à l’autre ils pouvaient recevoir une lettre noire leurs demandant de vous torturer à mort ? Les relations ne pouvaient pas être amicales lorsqu’elles étaient basées sur la méfiance et la peur…et même un gosse de 19 ans pouvait devenir un tueur. Aha. Alors forcément, faire ce genre d’événement, ça sonnait un peu comme du foutage de gueule. Obliger les résidents à se côtoyer, à faire connaissance. Pour mieux les faire s’entretuer après. Cet endroit rendait asocial, pire, rendait fou. Le mieux, c’était de ne parler à personne, pour n’aimer personne, et ainsi ne pas avoir de remords quand viendrait l’heure de passer à l’action. Le problème, c’est que ce n’était pas si simple, et même si Ezra avait des fois essayé de n’avoir aucun contact, l’ennui finissait toujours par le pousser vers les autres. Alors quand il avait appris que les maitres des lieux organisaient un bal ce soir là, et qu’il avait reçu la tenue adéquate, il n’avait put s’empêcher un petit sourire ravi. En plus le costard lui allait juste à la bonne taille, à croire que les LeatherFace avaient pris ses mensurations durant la nuit (ce qui ne l’aurait pas étonné plus que ça bien sur si ça c’était avéré vrai). Il se tourna une nouvelle fois devant la glace et lissa machinalement le devant de sa veste noire. Un rassemblement de pingouins. Très original, ça restait bien dans le thème de l’hiver au moins.
Démêlant rapidement ses cheveux encore mouillés en passant simplement ses doigts dedans, prit une grande inspiration et se sentit fin prêt pour affronter ce qui se préparer cette nuit. Omfg, si ça se trouve il allait croiser Emrys. Ou Blis aha. Ou peut-être… Isaak ? Il n’espérait franchement pas, pour cette dernière, il n’avait pas trop envie de passer la soirée à essayer de lui échapper. Cette dernière tenait tellement à récupérer sa carte, c’était dément. Qu’est ce qu’elle pouvait bien avoir de spéciale sa carte pour qu’elle y tienne à ce point ? C’était juste un morceau de carton… il lui avait piqué pour s’amuser… et parce qu’il avait trouvé intriguant qu’elle garde constamment sur elle des cartes de tarots. Bref, maintenant elle voulait lui faire la peau. Mais il espérait qu’elle ferait une pause pour noël quand même, pour pas faire peur aux petits enfants, hin ? Pas gâcher la magie du père noël et toussa ~
Il prit d’ailleurs la carte et la glissa dans sa poche, au cas où, puis sortit de sa chambre. Il détestait le nom du couloir où il était logé, mais quand il y pensait, c’était surement fait exprès. Tout était fait pour que le malaise règne en permanence, même le luxe dans lequel ils se trouvaient tous. Chouchouter comme des oies avant l’abattoir.
Il entendit le bruit avant même d’arriver. Le son de dizaines de personnes rassemblées dans un même endroit, blablatant et piétinant d’angoisse. Quand il entra dans la salle il se dirigea aussitôt vers la table où se dressaient les différents amuses gueules préparés pour l’occasion. Qui les avaient fait ? ça resterait un mystère… si ça se trouve, ils étaient même empoisonnés. Mais tant pis, il crevait la dalle. Il engloutit aussitôt une part de gâteau au chocolat, tout ça juste pour pouvoir trouver la cerise alcoolisée qui se cachait dans la pâte fondante, parce qu’au fond il n’avait jamais été un grand fan des gâteaux au chocolat. Ensuite il prit une petite mignardise qui lui tendait les bras depuis le début, un genre de mini éclair goût fruit rouge. Il chercha des yeux une bouteille de vin. On ne sait jamais, les LeatherFace auraient put sortir le grand jeu avec de l’alcool, et puis il lui avait semblé apercevoir des bouteilles quand il s’était approché. Quelqu’un d’autre s’installa devant lui et lui bloqua la vue sur le reste de la tablée, ce qui l’agaça aussitôt. Il ne le reconnut que vaguement, se disant simplement qu’il était mignon, mais un peu chianly de s’être foutu devant lui. Un nom lui vint à l’esprit. Gaël. Il fit mine d’être poussé aussitôt par une autre personne et se rapprocha discrètement, lui écrasant ainsi l’un des pieds. « Oups ! Pardon excuses moi, j’ai été poussé » Pour confirmer ses propos Ezra désigna un groupe de filles qui s’étaient approchés de la table en gloussant nerveusement, et il gratifia son interlocuteur d’un joli sourire qui avait le don d’effacer toute trace de culpabilité sur son visage. Trop cute. « Mais tant que tu es là, tu pourrais me dire s’il y a à boire dans le coin s’il te plait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Mer 12 Jan - 0:16

    A vrai dire, il ne savait pas exactement à quoi s'attendre. Des tarés de plus dans une immense salle de plus? Quoi de neuf hein? Non, vraiment, ils étaient si prévisibles alors se la jouer Dracula c'était loin de le faire frissonner... Et quoi alors? Ils allaient se faire bouffer tous crus et ne jamais s'en remettre et ils reviendraient les hanter jusqu'à la mort... Bla bla bla... Non, ça ne l'intéressait pas, du moins pour le moment. Il aurait voulu avoir des petits fours et un peu de champagne mais apparemment, personne ne se pressait pour en fournir. Merde, ils auraient au moins pu engager un traiteur non? C'était la moindre des choses merde. Il soupira vaguement et jeta un coup d'oeil aux alentours. Wouhou. Stunning.

    Non mais pourquoi avait-il pointé son nez ici? C'était l'idée la plus stupide du mois, voir de l'année mais bon il doutait fort du fait qu'on puisse s'éclater autrement qu'en allant à ce bal... Bah ouais, les activités se trouvaient fort réduites dans cet espèce de manoir bizarre et glauque mais il essayait de ne pas s'en plaindre ou qui c'est, peut-être que le sort allait s'abattre sur lui et bla bla. Il était peut-être même au purgatoire à bien y réfléchir... Non, ok, il commençait vraiment à se faire des idées, right? Point is he was bored.

    Il attrapa un verre rempli sur la table sans trop regarder le contenu, de toute façon, qu'est-ce qui pouvait lui arriver de pire? Avoir du GHB dans son verre sans doute et encore peut-être que le viol le tirerait de l'ennui, ça mettrait un peu de piment... Bon, ok, fallait pas exagérer mais quand même.

    Il se dirigea vers les quelques personnes déjà arrivées (au nombre de deux humhum >>>) et soupira bruyamment avant de rouler des yeux. - Alors? On est censés faire une bataille de cacahuètes or what? Vraiment le bordel comme organisation. Il but son verre d'un trait et alluma une cigarette avant de détourner son regard des autres. Allez, merde, un peu d'action.

    Il n'avait aucune envie de passer une soirée à parler de petits fours et de napperons alors franchement, que des gens débarquent, mince. On avait l'impression que ce château s'était vidé de tout habitant d'un coup... Comme si... Okay, ça sentait vraiment le coup foireux et il n'avait pas envie de finir écrasé comme une crêpe sur la place publique pour être exposé comme exemple à tous les pêcheurs... Okay, il s'écartait vraiment du sujet là, non? Fallait vraiment qu'il arrête, son imagination lui jouait beaucoup trop de tours ces temps-ci, n'est-il pas? Il trouvait aussi. Mais en tout cas, ça ne lui disait pas ce qui allait leur arriver à tous à part une catastrophe surnaturelle... Depuis qu'il était arrivé ici, il s'attendait à tout. Autant dire le clown sorti tout droit d'un thriller de Stephen King ou encore la voiture folle de Christine or something like that.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



• MESSAGES : 120
• CREDITS : Faith
• HUMEUR : blasée.

MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Mar 18 Jan - 22:00


    Waw, waw, waw. Bonjour la joyeuse bande de dépressifs blasés et hautains. C'est fou comme certains peuvent être enthousiastes alors qu'on leur propose une petite soirée sortant de l'ordinaire. Si on peut réellement parler d'ordinaire ici. Certes c'est un bal, pas ce qu'il y a de plus fun, je vous l'accorde, et peut-être bien oui, que c'est la dernière soirée pour l'un d'entre eux ou que sais-je encore, mais faut pas en faire tout un cake merde. Ouais p'têtre qu'un jour le mec qui était à côté de vous le temps de cette soirée finira pour vous tuer, vous crever dans d'affreuses souffrances (que je pourrais énumérer indéfiniment mais que je ne ferais pas, histoire de ne pas passer pour une psychopathe). Mais bon, après tout pourquoi s'en soucier? Ouais c'est de jolies petites apparences, ouais on est pas a l'abri du danger mais il faut savoir relâcher la pression. Redescendre un peu peu sur terre, vous n'êtes pas des dieux qui regardent ces autres, pauvres humains, pauvre fous, essayer désespérément de l'amuser pitoyablement à une fête Si on peut appeler ça une fête. Les seuls a pouvoir regarder la populace regroupée ici, avec un petit sourire aux lèvres parce que franchement ils sont cons d'essayer d'être insouciants, ce sont les Leatherface, évidement. Les seuls a être quelque chose, quelqu'un, ici, c'est eux, point final, les autres c'est que dalle. Donc autant sourire - le plus crédiblement possible, merci- et profiter, c'est noël les enfants, pas la peine de se faire des films et s'imaginer des scénarios catastrophes limite apocalyptiques. On va tous crever de toute façon. Il faut bien s'en douter que cette histoire est louche, comme tout ici. Mais c'est comme ça il faut savoir accepter son sort. Et c'est sylas la grosse blasée de la vie qui parle.
    Non parce que Noël, a la base, outre le fait que c'est une fête religieuse - ce dont elle se fout complètement la Sylas, comme quasi tout le monde d'ailleurs - c'est surtout la bonne ambiance, les cadeaux toussa. Même si là, pour la bonne ambiance, le côté familial on repassera, mais bon. Haha ça reste une fête qui reste gravée tout les ans dans nos mémoires. Pour le coup la jolie blonde avait eut le droit à une petite robe rouge pour bien rester dans le thème hein. Un peu plus sexy que la mère noël quand même, mais pas trop, on reste sage. Et puis merde c'était noël, elle était pas là pour faire la catin, merci bien. Doooonc, elle s'était retrouvée là, avec les autres, parce que ça devait se passer comme ça. Sylas avait à s'y rendre, donc elle y était allé, c'est aussi simple que ça. Après elle s'en foutait ça la dérangeait pas. Elle était pas non plus excitée comme une gamine, mais loin d'être blasée pour une fois. Bon aller, faut garder le sourire un les ptits choux. Christmas time. yeay. Un moyen comme un autre de se socialiser quand on s'appelle Sylas et que ça nous fait chier d'aller taper causette en temps normal. Le plan était pas de rester collée au buffet non, pas cool. Un verre en main, autant se foutre limite dans un coin, mais pas trop quand même histoire de pas s'exclure totalement, mais pas trop se mêler à la foule non plus. Pas trop le genre "salut, je te connais pas mais bon je squatte, j'espère que ça te dérange pas, et de toute façon, je m'en fou haha " Bon aller, de toute façon on s'en fout c'est noël.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 467
• CREDITS : JOSHY ♥.
• HUMEUR : Ecrasante.

MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Sam 22 Jan - 21:51

    Quel charmant tableau. Des gens avec des sourires, quelques éclats de rires venaient bousculer la musique. Imaginez une bande de jeunes personnes tout à fait délicieuses, passant une agréable soirée, dans les tons de noël. Maintenant, imaginez complètement le contraire, et vous voilà dans l'antre de ce cher LeatherFace. Tout pour rendre la vie plus difficile qu'elle n'y paraît.
    Blis n'avait aucune envie d'y aller. Mais il ne semblait pas avoir vraiment le choix. La partie risquait de fortement s'arrêter là pour lui, et nous savons bien qu'abandonner aussi lâchement le jeu, parce qu'on est trop fatigué, parce qu'il s'était laissé à s'endormir cinq minutes avant, c'est vraiment pas top. Heu d'ailleurs, il était un peu beaucoup en retard. Il enfila rapidement ce qui ressemblait à un costard cravate, nouant à peine ladite cravate, et allant dans la salle de bal en fermant sa chemise. Ce n'était vraiment pas sérieux Blis, laisser ainsi les gens contempler ta magnifique anatomie pectorale. Mais il était quasi-certain que ce ne sera pas la seule distraction de la soirée. Il chopa au passage une coupe de champagne et y trempa ses lèvres. Il détestait le champagne. Un peu trop pétillant pour lui. Mais soit, il valait mieux ça que rien, hein.
    Il n'avait jamais été doué pour arriver à l'heure pour quoique ce soit. Tout cela avait un arrière goût amer pour lui. Souvenirs des temps où il était obligé de se montrer dans les soirées mondaines, so kitsh. Et à sa façon, il arrivait toujours à se débrouiller pour avoir au moins une heure de retard, histoire de bien embarrasser ses parents. Parce que quant on est ado et qu'on déteste ce genre de soirées de vieux, la meilleure façon de faire enrager ses géniteurs aimants, c'était le retard et quelques grammes d'alcool dans le sang.

    Mais ce temps était révolu. Aujourd'hui, il se trouvait être enfermé dans une demeure gigantesque, en la charmante compagnie de quelques personnes disons... spéciales. Il ne mit pas longtemps à repérer quelques visages qu'il avait déjà vu, voire même à qui il avait déjà parlé. Et d'autres totalement inconnus.
    Oh bah tien, en parlant de visage connu, il ne mit que quelques secondes à reconnaître sa hantise. Gaël. Comme c'est étonnant de le retrouver ici même. Qui semblait même se faire bousculer. Pauvre petite chose. Blis, concentre-toi plutôt sur autre chose, au lieu de le dévorer des yeux.
    Et puisqu'il ne pouvait pas avoir le plaisir d'emmerder Gaël -ô malheur et damnation, qui va donc recevoir ses foudres de la soirée? - Il préféra détourner le regard pour le porter... Ma foi, sur une bien belle créature. Quitte à passer une soirée emmerdante, autant la passer à emmerder quelqu'un hein. Il s'approcha de la créature -qui ressemblait étrangement à une femme, soit – avec un de ses sourires charmeurs - qui faisait l'effet d'une bombe atomique. C'est que sa robe rouge cintrée lui allait à merveille. Un homme reste un homme, ne l'oublions pas. Et il fallait l'avouer, la demoiselle était bien foutue. Mais cela semblait être naturellement superficielle... c'est connu.
    En bref il se mit tout naturellement à sa hauteur. Enfin à sa hauteur, il était carrément plus grand. « Agréable soirée, n'est-ce pas? » Sur un ton tout à fait ironique, naturellement. Il n'avait aucune arrière pensée. Non mais oh, on est gentleman jusqu'au bout des ongles. Ou on ne l'est pas. Suàrez l'était. Il n'avait pas tant que ça besoin de quelqu'un, il aurait pu très bien rester à l'écart lui aussi. Mais ce serait trop s'emmerder, autant tenter de se mêler à la foule en délire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 537
• CREDITS : Sara.C

MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Sam 22 Jan - 23:54






    « Hi hi hi »

    Ce petit rire mesquin et relativement débile, c'était Joshua Rutherford. Le jeune anglais était accroupi devant une porte de chambre à l'étage en dessous qu'il avait choisi au hasard et venait d'y déposer une des enveloppes que les Leatherface avaient laissé devant sa porte à lui. Évidemment le papier était vide et c'était ça qui serait drôle. Voir le destinataire de son enveloppe en vent se demander pourquoi il n'y a rien, ce que ça signifie et se prendre la tête tout seul. Alors qu'il tournait les talons, les mains dans les poches, affichant un air innocent improbable, Joshua retourna jusqu'à sa chambre en se disant que le seul soucis serait maintenant de reconnaître la personne à qui il avait fait le coup. Boarf. Tant pis.

    De retour dans ses appartements le jeune homme se jeta littéralement sur son lit et croisa les bras derrière la tête avant de sortir son paquet de cigarettes et en allumer une, pensif. La chambre de Joshua était méconnaissable depuis son arrivée il y a seulement deux jours de ça. Les posters de ses groupes préférés étaient partout, ses fringues traînaient, mais aussi ses Cds et tout ce qui faisait sa vie, du moins celle d'avant. Seule sa guitare lui manquait et il ne se passait pas un jour sans qu'il regrette l'avoir vendue pour pouvoir se payer de quoi manger. Y a pas à dire, la vie de SDF n'est pas évidente tous les jours. Mais maintenant qu'il était ici, le jeune anglais avait récupéré ses affaires qu'il avait laissé chez lui, dans sa chambre d'adolescent, et il n'était pas prêt de partir. D'ailleurs vu comment il s'était installé, c'était carrément flagrant.

    Joshua tira sur sa cigarette avec lenteur et resta ainsi quelques secondes à fixer le plafond. Quand il se rendit compte qu'il était en train de penser à son petit frère, à comment il s'était foutu en l'air avec l'alcool et la drogue, le jeune homme eu comme éternel réflexe d'ignorer ce qui le tracassait et pour ça quel autre meilleur moyen que la musique ? La cigarette coincée entre les dents, il tendit le bras au maximum pour atteindre son I-pod posé sur sa table de chevet. Il soupira, comme épuisé par l'exercice et mit ses écouteurs. Après avoir parcouru sa playlist sans grande conviction il s'arrêta enfin sur un morceau qu'il se sentait d'humeur à écouter. Gorillaz, Feel Good INC. Dès que la chanson commença, Joshua eu un sourire amusé en se disant que le rire du début était probablement très semblable à celui qu'il avait eu déposant une enveloppe vide devant la porte d'un inconnu. Feel good, Feel good, Feel good... la chanson avait commencé tandis que Joshua se tourna sur le côté et ferma les yeux, se laissant emporter par la mélodie.

    City's breaking down on a camel's back.
    They just have to go 'cause they don't know wack
    So all you fill the streets it's appealing to see
    You wont get out the county, 'cos you're bad and free
    You've got a new horizon It's ephemeral style.
    A melancholy town where we never smile.
    And all I wanna hear is the message beep.
    My dreams, they've got to kiss, because I don't get sleep, no..

    Et dire qu'il y avait peu de temps de cela, son rêve était de monter un groupe avec son petit frère Andrew et de devenir des grandes stars, des artistes. Maintenant il avait même plus de guitare... Par réflexe et parce que ça le démangeait vraiment, Joshua jouait la mélodie du bout des doigts sur une guitare invisible tandis qu'il avait toujours les yeux fermés. La chanson tourna encore deux ou trois fois avant qu'il se décide enfin à se préparer. L'I-pod toujours aux oreilles, il se leva lentement, s'étira et se rendit jusqu'à la salle de bain tout en chantant d'une voix étrangement sensuelle et mélodieuse, légèrement cassée par de trop nombreuses disputes, des nuits trop froides. C'était agréable d'avoir enfin un endroit tranquille où vivre, pensa-t-il naïvement tout en se lavant. Son corps était parsemé de cicatrices mais rien de bien méchant et il avait encore des bleus à cause de son kidnapping orchestré par les Leatherface. D'ailleurs il aimerait bien les rencontrer pour les saluer ces deux là. Sans eux, il serait encore en train de galérer dehors. Certes, il fallait l'admettre, la vie au château commençait à devenir relativement ennuyeuse. Il se passait pas grand chose en fait ici et même si c'était le grand luxe, sa vie dans la rue était vraiment un remède contre l'ennui. Et l'ennui, Joshua y était tout particulièrement allergique. C'était d'ailleurs à cause de ça qu'il pouvait se montrer relativement débile par moment. Et pas que par moment en fait.

    Sorti de la douche, une serviette sur la tête, l'autre sur la taille, le jeune British se rendit jusqu'à son armoire qu'il observa un instant, un petit sourire aux lèvres. Sérieux, ça faisait du bien de retrouver ses fringues ! Il pouvait se changer, avoir du style, se faire beau et non toujours sortir à l'arrache comme il l'avait fait ses six derniers mois. Ok, ça lui allait plutôt bien mais bon, prendre soin de soi parfois était agréable. Cependant, pour le bal, la tenue correcte exigée, ça allait pas trop le faire. Joshua ne supportait pas vraiment les conventions mais il était décidé à faire un effort. Pour ce soir. Le jeune homme prit un pantalon noir slim qu'il porta avec une simple chemise blanche. Histoire de se la jouer élégant, il fouilla dans son bric à brac et y trouva un nœud papillon. Il était bleu électrique et ça rendait plutôt bien. Et parce qu'il voulait pas avoir l'air trop classe, Joshua enfila sa veste en cuir la plus rock. Il avait un look inspiré des 80's et sa lui plaisait bien. Si les Leatherface n'aimaient pas, qu'ils aillent se faire enc...*tousse* Ou plutôt, comme Joshua ne tardera pas à le découvrir : « If you don't like it, lump it ! ».

    Habillé, il sorti de sa chambre, la clé dans la poche arrière de son pantalon, ses cigarettes dans celle de sa veste en cuir, ses cheveux séchés et toujours bouclés avec liberté. On aurait presque pu croire qu'il était l'un des musiciens de la soirée et s'il y en avait, Joshua ne promettait pas que le guitariste puisse remettre la main sur son instrument s'il avait le malheur de le quitter des yeux deux secondes. Voire moins. En réalité, le petit British était plutôt excité à l'idée de se rendre à ce bal. Déjà parce que c'était une soirée et qu'il adorait ça comme pas deux et ensuite parce qu'il allait enfin rencontrer les autres joueurs, les observer. C'était étrange comme il ne croisait pas grand monde que ça dans le château en réalité. A part Carly évidemment. Elle était mignonne avec son sale caractère. Enfin arrivé, Joshua entra et découvrit la grande salle. Il y avait des décorations partout, de quoi manger, de quoi boire enfin le bonheur total.

    « Ça c'est bon...! » dit-il, le regard brillant. Oui, le jeune homme habillé d'un nœud papillon bleu électrique est un ancien SDF qui s'est déjà retrouvé à dormir sur des bancs dans le parc – et a faillit y passer d'ailleurs – donc son air relativement débile comme un gamin le matin de Noël peut être pardonné. Et puis il en restait pas moins sexy. Un grand sourire aux lèvres il n'en fallu pas plus au jeune homme pour se rendre vers le buffet, saisir une bouteille de champagne sans même prendre un verre et se barrer, comme si de rien était et surtout, comme s'il était chez lui. La bouteille à la main, il donnait des airs d'alcoolique mais il s'en foutait totalement, et puis avec son style, au mieux, on le prendrait pour une rock star. Automatiquement il se rendit dans un coin et s'assit sur une chaise, buvant légèrement son champagne et surtout observant les lieux. Son but ce soir n'était pas de se bourrer laggle contrairement aux apparences mais simplement de se faire passer pour quelqu'un qu'il n'était pas car ne l'oublions pas, la pièce regorgeait d'adversaires potentiels. Joshua adorait se faire passer pour plus naïf qu'il ne l'est car être sous estimé est toujours plus simple à gérer que l'inverse. Il posa la bouteille à côté de lui et sorti une clope qu'il fourra dans sa bouche avant de se passer les mains dans les cheveux histoire de les décoiffer un peu. Puis il fuma à nouveau, la tête penchée en arrière, s'amusant à faire des ronds, avachit sur son siège, attendant de voir ce que ça allait donner tout ça...






________ ♠ _________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Master Of Your Life



• MESSAGES : 113
• CREDITS : Libertines
• HUMEUR : Bad.

MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Dim 30 Jan - 0:38





    Toutes bonnes choses ont une fin. C'est malheureux, mais c'est ainsi. Au manoir, il semblerait même qu'on prenne un malin plaisir à précipiter cette fin. Le premier Noël de cette nouvelle saison n'allait pas faire exception à la règle. Trop de bonheur, tue le bonheur. Rien ne vaut un petit incident arrivant comme un cheveux sur la soupe ou une mouche sur le gâteau. A croire que malgré les regards soupçonneux, les sourires effrayés et les frissons de nervosité, la fête se passait un peu trop bien au goût des hôtes. C'est donc alors que les conversations se faisaient moins méfiantes, que les lumières de la salle de bal se coupèrent. Plus de jus.
    Le noir le plus complet entourait nos participants qui devaient s'être figés de surprise. La musique s'était instantanément coupé elle aussi. Un silence pesant planait sur la salle, brisé de temps à autres par un sanglot ou le cri d'une demoiselle qui viendrait de frôler malencontreusement un des autres invités. Tout pouvait arriver dans ces ténèbres insondables où les participants étaient rendus incroyablement vulnérables. Ces ténèbres où pas même la petite flamme d'un briquet permettrait de discerner ce qu'il se tramait. Car oui quelque chose se passait, il y avait du mouvement, on ne savait juste pas trop où. Dans la pièce, des courants d'air à peine prononcés, légers comme des caresses, chatouillaient de temps à autre la joue d'un participant, soulevaient sensiblement un pan de robe et annonçaient une nouvelle surprise. Un surprise que les invités ne purent discerner que lorsque, aussi soudainement qu'il n'était partit, le courant revint.
    La salle de nouveau éclairée, la musique se remit en route d'elle-même, sur cette même mélodie stressante qui tournait avant le coupure. Un cri aigu parcouru la salle, trouvant échos sur les murs, se répercutant dans la tête des invités comme dans un mauvais rêve. Au centre de la salle, un sapin de Noël bien particulier avait fait son apparition. Un corps. Celui d'une jeune femme plus précisément. Fraichement égorgée, le corps encore tendu par la peur, les yeux ouverts et vides plongés dans ceux de son agresseur s'étant certainement tenu là, une grimace de supplication sur son doux visage. Il l'avait assise dans un traineau tiré par des chiens, pas plus vivants qu'elle. Leurs boyaux ensanglantaient lentement, mais surement, le marbre du sol alors qu'ils étaient déjà tout entier étendus dans une flaque de sang. A vue de nez, il n'était pas impossible que se soit le sang de la demoiselle qu'on aurait répandu sur le sol avant de poser le traineau et les cadeaux. Car oui ceci est bien un sapin.
    Un sapin à l'idée de la maison, mais un sapin sous lequel se cachaient de petits et plus gros paquets finement emballés. Un pour chaque participant. Coincé dans le nœud délicat en ruban, une petite étiquette en carton noire, revêtant les mêmes armoiries que les lettres qu'ils recevaient sous les portes. Elles portaient toutes un nom différents. Voila ce que chacun pouvait trouver en ouvrant son paquet. (il n'y a que le cadeau, les explications que nous marquons après chaque noms ne sont là que pour vous faire une idée, elles ne sont pas livrée avec les biens)





      Blis
      Elle a de très jolis cheveux, à tel point qu'il nous fut impossible de partir sans lui en dérober une petite mèche. Sa jolie crinière rousse en a pris un vilain coup, mais bon. Les cheveux ça repousse au moins. Profites, avec un peu de chance tu peux encore sentir son odeur d'abricot, à moins que ce soit de la vanille ? Je suis certain que c'est de l'abricot, ma femme dit que non, mais j'en suis sûr.



      Brennan
      Tu auras peut-être eu le temps de remarquer que nous aimons beaucoup les photos au manoir, enfin surtout celles qui font plaisir à nos invités. En voici donc une flopée rien que pour toi car pour sur, tu es le seul à qui cette pièce doit dire quelque chose. Aller un petit effort, nous avons fait beaucoup d'efforts pour te rapporter en image le moindre recoin de cette pièce où tu étais enfermé petit. On t'a même rapporté l'un ou l'autre objet moisi et délabré qu'il y avait dedans. On a préféré ne pas te ramener le rat mort, question d'hygiène, tu nous comprendras n'est ce pas ?



      Carleen
      C'est bien dommage de l'avoir ainsi délaissé ma jolie Carleen. Si seulement tu pouvais voir à quoi tu as renoncée... Oh ne t'en fais pas, tu vas le voir, nous avons remué ciel et terre pour que tu le puisse donc, voici quelques clichés d'enfant accompagnant une de ses tétines. Quelque cris quand on lui a subtilisé, sinon rien de grave, rassures-toi. Tu peux même la garder, il parait qu'on donne ça aux bébés pour qu'ils se taisent. Sans nul doute que le poupon ressemble affreusement à sa mère, n'est-pas Carleen ?



      Elizabeth
      Ta vie en a connu des rebondissements Eli. Sais- tu quoi d'autre rebondi ? La maitresse de ton père sur le matelas conjugale. D'accord l'image d'une dinde rebondissant sur un matelas peut prêter à rire, mais voici de quoi te faire passer cette envie. Quelque photos et un petit enregistrement de leurs galipettes. Profites bien, nous n'aurions jamais cru que des vieux puissent avoir autant d'imagination ! Et autant de voix...



      Gaël
      Mon cher petit Gaël. Nous t'aimons, et crois-nous, ton cadeau... nous l'avons recherché. Regardes cette jolie cravate, cette cravate en soie d'un rouge éclatant, te souviens-tu? Les larmes qui perlaient de tes yeux, ses mains trop grandes qui te tenaient fermement les hanches, cette voix rauque qui t'écorchait les oreilles, et tes lèvres que tu mordais jusqu'au sang... oui, tu te souviens.



      Joshua
      Vu la ferveur avec laquelle tu nous hais, on se devait bien de te la rendre en bonne et due forme Josh. Dans ce cas, tu remarqueras très vite que tu as le plus gros cadeaux de tous. Un joli tableau, un tableau de famille. Vous aviez l'air si mignons tous ensemble. Toi, ta maman, ton frère, ton père... On t'offre donc une photo de famille format 1m sur 1 et demi. Le cadre c'est ma femme qui l'a choisi, elle a toujours eu très bon goût. Oh et je suis désolé pour les trous à la place des visages, mes cigarettes me glissent des mains ces derniers temps. Par précaution nous avons également parsemé le sol de ta chambre des clichés que nous avons trouvés chez ton père, plein de souvenirs rien que pour toi désormais.



      Renton
      Ça va mon petit, pas trop amoché ? Allez, ce n'est pas quelques écorchures, coupures, bleus et ecchymoses qui vont nous fâcher, si ? Surtout que nous sommes certains que tu vas adorer le petit traitement de faveur que nous t'offrons. Nous ne faisons pas souvent graver des scalpels aux noms de nos invités. Toi tu as le tiens, signé et encore frais de ton sang... quoi que je ne suis plus tout à fait certain que c'était le tien. En prime nous t'offrons un enregistrement mp3 que tu pourras te passer en boucle pour ne jamais oublier ce tête à tête bestial avec le frêle petit Zeke. Tout le plaisir est pour nous.



      Sylas
      Tu as les bonjours de tes mamans ma chère Sylas. Elles ont même tenu à te faire un petit cadeau pour que tu ne t'ennuies pas toute seule, dans cet énorme château. Il parait que c'est un de leur plus beau spécimen et, ayant vu leur collection, nous pouvons te le confirmer. Elles nous ont également assuré l'avoir nettoyé avant de te le céder, là par contre on ne peut rien te promettre. Nous te décernons le phallus d'argent, littéralement parlant. Gravé au doux prénom de ta génitrice.



      Zeke
      Pour trouver ton cadeau à toi ça ne fut pas une mince affaire mon petit Zeke. On t'a déjà servi Renton sur un plateau d'argent, qu'est ce qui aurait pu te faire plus plaisir encore ? Et puis nous avons pensé à ces lettres que ton très cher paternel te cachait. Nous les avons toutes, enfin, il nous semble. Tu te doutes que nous n'avons pu résister au plaisir des les ouvrir, mais promis on en a lu que deux. Ta maman avait l'air de quelqu'un de vraiment charmant. Pour ce qui est de ton père... juges en pas toi même. On t'a rapporté quelques photos de lui et de sa nouvelle famille. Il a l'air plutôt heureux.





    Les Leatherface vous souhaite un joyeux noël et une bonne année !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-fortunate.forumsactifs.net
avatar



• MESSAGES : 590
• CREDITS : Chausette ; Tumblr
• HUMEUR : Tu veux vraiment le savoir ?

MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Dim 30 Jan - 14:37





    Le bal de Noël, une connerie pure et dure… Carleen s’en serait bien passée. Mais elle ne devait en aucun cas le faire … Les Leatherface y veillerait et elle ne voulait pas leur donner une occasion de leur faire ce plaisir. Elle irait au bal et les emmerdait. D’ailleurs, après avoir été cherché à manger, Carleen vit sur son lit sa tenue de soirée. Une robe rouge qui lui arrivait au dessus du genou avec un décolleté bien plongeant… Prenant la robe, elle alla se doucher et s’habilla rapidement avant de se coiffer… Elle releva ses cheveux en chignon et laissa retomber quelques mèches frisées. Après que la coiffure et le maquillage furent fini, elle enfila la robe et se regarda sans le miroir. Elle était canon quand même… Finalement, après s’être préparée, elle s’assit sur son lit de manière à ne pas froisser sa robe et se perdit dans la contemplation du mur. Carleen ne sortirait de sa chambre, que lorsqu’elle entendrait Josh’ en faire de même… Ils étaient voisins de chambre et donc, elle entendait souvent ce qu’il faisait… Cela devait être pareil pour lui. En attendant, Carleen se mit à penser à son frère. Il lui manquait énormément mais elle ne pouvait pas sortir d’ici et donc ne pouvait pas le revoir. C’était cruel mais c’était ainsi. Elle aurait donné n’importe quoi pour le revoir au moins une fois mais rien… Cela faisait quelques semaines qu’elle était dans la demeure des Leatherface et elle se doutait bien que son frère, ne regardant pas cette émission, avait prévenu la police et autres de sa disparition… Il devait bien avoir des membres des forces de l’ordre qui regardaient cette télé-réalité non ? Si oui, ils avaient peut être prévenus son frère.

    Peut-être qu’en ce moment même, il la regardait … A cette pensée, Carleen leva les yeux vers les quatre coins de la pièce dans l’espoir de trouver un caméra. Ses recherches ne donnèrent guère de résultats. Alors qu’elle replongeait dans l’abîme de ses pensées, elle entendit la porte de Joshua se fermer. Elle prit alors ses clés et après avoir refermait la porte de sa chambre, elles prirent place dans son soutien-gorge. C’était bien pratique lorsqu’on était une fille d’avoir un soutif, on pouvait y fourrait tout et n’importe quoi. Quand elle baissa une nouvelle fois les yeux sur sa poitrine, elle vit avec horreur qu’on voyait sa cicatrice… Personne ne devait jamais la voir… Elle retourna donc dans sa chambre et essaya de camoufler cette horrible balafre avec du fond de teint … Cela ne marcha pas et elle abandonna. Carleen ne voulait pas être en retard. Alors qu’elle refermait une nouvelle fois sa porte, elle rangea de nouveau ses clés dans son soutif et soupira. Puis elle leva la tête et marcha vers la salle de bal comme une conquérante … Sur ses chaussures à talons, elle avait l’air maligne. Quand elle entra quelques minutes après Joshua, elle le vit dans un coin avec une bouteille de champagne à la main. Carleen fut tentée d’aller le rejoindre mais s’abstient … Après tout, il n’était rien pour elle, juste un type avec qui elle prenait du bon temps rien de plus. La jeune femme se dirigea alors vers le bar et se servit un verre au moment où toutes lumières et tout son disparurent.

    Ils étaient dans le noir complet et Carleen sourit lorsqu’elle entendit un cri. Le noir ne lui avait jamais vraiment fait peur, elle n’aimait juste pas quand les gens la touchaient alors qu’elle était dans le noir, ça lui rappelait trop son viol. Ils durent restés quelques minutes dans le noir car lorsque la lumière revint, les gens criaient voir hurlaient. Carleen qui était dos à la scène qui se déroulait, se retourna par curiosité… Ce qu’elle vit lui glaça le sang. C’était vraiment horrible… Tout ce qu’elle voyait n’était qu’atrocité et c’était vraiment peu appétissant. La brune sentit le peu qu’elle avait manger se retourner dans son ventre et elle réprima une envie de vomir. Il fallait vraiment être très cruel pour faire une chose pareille à une femme. Prenant son courage à deux mains et comme personne ne se décidait à avancer, Carleen posa son verre et marcha vers ce spectacle original… Arrivé à sa hauteur, la jeune femme jura. C’était un sapin de Noël … De là où elle était, elle ne l’avait pas vu… Donc si c’était un sapin, les objets en bas, devait surement être des cadeaux. Courageusement, la brune chercha son nom et le trouva… C’était une photo d’un bébé et une tétine … Là, elle ne put rien retenir et vomit tout ce qu’elle avait dans le ventre. Comment avaient-ils su pour son secret le mieux gardé ? Cela faisait maintenant quatre ans et donc il/elle ne devait plus avoir cet âge là… Quand elle avait accouché sous X, Carleen n’avait pas voulu savoir le sexe de son enfant … Puisqu’après tout, ce ne serait jamais le sien… La jeune femme releva la tête et hurla comme une démente.

    « ESPECE DE SALAUD !!! ÇA VOUS AMUSE DE TORTURER LES GENS COMME ÇA … VOUS VOUS CROYEZ MALINS HEIN ?? MAIS VOUS N’ETES QUE DES LACHES !!!! »

    Puis sans crier garde, la jeune femme s’assit par terre et fondit en larmes.

________ ♠ _________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 537
• CREDITS : Sara.C

MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Dim 30 Jan - 15:45





    Joshua passait une bonne soirée. Vraiment. D'accord il ne lui en fallait pas beaucoup pour s'amuser, un peu de musique, de l'alcool, des jolies filles et il était content. Tout ça, il y en avait dans la pièce. Mais la seule différence avec d'habitude étant qu'il n'aurait pas à se soucier de savoir où il dormirait une fois la soirée terminée. Parce que vivre en SDF signifiait chercher où crécher tous les soirs, jamais de stabilité, toujours le stresse de se dire que la fille avec qui on a passé son temps à flirter sera au final trop prude pour le ramener chez elle et il faudrait trouver une autre solution. Cette fois-ci, Joshua dormirait quelques étages plus hauts, au chaud dans son lit sans personne avec qui le partager et sérieusement : Ça fait du bien ! Parfois, le jeune british avait l'impression de se prostituer pour une nuit au chaud ce qui n'était pas si éloigné de la vérité dans le fond. Vendre son corps pour un lit, voilà à quoi il en était rendu il fut quelques jours encore. Ok... Ils ne se tapait pas des boudins non plus...

    Plusieurs fois Joshua avait croisé le regard de Carleen. Elle était belle ce soir, même s'il la préférait sans tout ce superflus. Rares étaient les filles qui étaient plus agréables à regarder au naturel, c'était pourtant le cas de la demoiselle. Il porta à nouveau la bouteille à sa bouche et sourit en se rendant compte que c'était évident que Carleen avait envie de le rejoindre, qui ne le voudrait pas après tout ? Tout ça pour dire que Joshua était comme un poisson dans l'eau. Il riait fort, son visage encore trop enfantin marqué par ses sourires désespérément joyeux, sa bouteille qui passa rapidement de « à moitié à pleine » à « à moitié vide » à la main, il s'éclatait. Puis, sans qu'il ne sache comment, tout devint noir. D'un coup. Joshua n'était pas particulièrement effrayé par le manque de lumière mais sérieusement sur le coup c'était pas très agréable. Il entendit des filles crier et fut certain qu'aucune d'entre elles n'étaient Carleen. Dans un réflexe peut être stupide, Joshua tata dans le vide avant de retrouver le dossier de sa chaise quelque part derrière lui. « Oh pardon monsieur ! » Oups... Dans une lueur d'intelligence Joshua sorti son briquet et l'alluma. Quand il retrouva sa chaise, il s'installa dessus, accroupi sur le siège. On ne savait jamais ce qui pouvait passer par terre...

    Amusé, Joshua se mit à faire des bruits de loup dans la nuit noire afin d'effrayer un peu plus les autres. Il semblait totalement décontracté mais en réalité c'était un moyen de contrôler sa propre peur. Les Leatherface étaient capables de beaucoup de choses, ce fut pourquoi il n'était absolument pas rassuré. La lumière revint et ce fut l'horreur. Pendant deux ou trois secondes tout le monde sembla contents mais lorsque l'assemblée reconnu ce qui faisait office de sapin, un silence pesant s'installa, interrompu par un mogol debout sur une chaise, une bouteille de champagne à la main. « Putain de merde ! C'est quoi ce truc ?! » s'exclama Joshua en désignant le corps de la jeune fille du doigt, l'air totalement ahuri. Ce n'était pas possible, c'était pour de faux. Personne ne montrerait un cadavre, surtout pas à la télé. Tout ça, c'était du cinéma, Joshua n'y croyait absolument pas. Ce fut pourquoi quand il se rendit compte qu'il y avait des cadeaux, le jeune anglais sauta de son perchoir et avança d'un pas presque arrogant « Enfin ça devient intéressant ! » cependant il glissa sur la marre de sang. « Damn it ! » murmura-t-il entre ses dents. Après une seconde à s'inquiéter pour ses fringues, Joshua se rendit compte que l'odeur était forte... Très forte... Et les chiens morts, les organes sortis, tout ça était réel, bien trop pour être fabriqué. Le visage soudain blanc, Joshua se redressa brusquement, glissant à nouveau sur la marre de sang et recula de plusieurs pas. « PUTAIN ! C'est un cadavre ! Un VRAI cadavre ! » s'écria-t-il tout en se passant une main sur le visage, ne se rendant pas tout de suite compte qu'elle était couverte de sang. Quand il le vit, le jeune homme sursauta brusquement, dégoûté. C'était ça le jeu ? Et s'il perdait, est-ce qu'à Pâque on allait foutre son corps uniquement vêtu d'un ruban dans le jardin ?! (Je sais que vous en rêvez ! XD)

    Joshua avait envie de vomir. C'était l'horreur et pourtant certains semblèrent plus intrigués par les cadeaux. Pendant une minute le jeune homme eu envie de leur gueuler dessus, de leur dire qu'il fallait appeler les flics mais il ne dit rien, respirant lentement par la bouche pour s'empêcher de gerber au sol. C'était le jeu, à lui d'être suffisamment fort. Il n'était là que depuis quelques jours alors que certains joueurs en avaient vu de toutes les couleurs. Dégoûté, horrifié, malade, Joshua se demanda ce qu'ils avaient pu affronter comme épreuve pour faire fit des cadavres dans la salle de bal. Joshua tremblait de tous ses membres. Il passa par dessus les bris de sa bouteille de champagne cassée dans sa chute pour se mettre face à son cadeau. Il avait le plus gros de tous, était-ce une bonne chose ? Pendant deux secondes il avait juste envie de se barrer d'ici mais la curiosité était encore là, violente. Qu'avaient-ils pu trouver à lui offrir ? D'un geste tremblant et légèrement agressif, Joshua déballa brusquement son énorme paquet. Quand il vit ce que c'était, son cœur cessa de battre une seconde pour reprendre à toute allure. C'était une blague ?! Un sourire figé et rageur aux lèvres, Joshua termina de découvrir son cadeau, sentant son sang brûler dans ses veines. « Les enfoirés... » murmura-t-il dans un faible rire sans joie.

    Un énorme portrait de famille. Tout ce qu'il avait perdu était représenté là. Son père dont il ne pouvait voir le visage sans avoir envie de le mettre en miettes. Sa mère qui était partie trop tôt, dont le manque était semblable à celui de l'air. Et Andrew... Drew... Quel con celui là. Pourquoi est-ce qu'il a fallut qu'il foute sa vie en l'air ?! Pourquoi devait-il renoncer à ses études pour tomber dans l'alcool, la drogue, la mort... Et Joshua... Il était là, la main de sa mère sur son épaule. Le grand frère, l'aîné de la famille, la fierté. Mélomane, doué en français, plein d'humour et de charme, tout pour réussir. Dans le fond, c'était peut être lui qu'il détestait le plus dans cette famille.

    Joshua se pencha en avant, les mains sur les genoux et on pouvait voir désormais ses épaules bouger légèrement. Pleurait-il ? Non. Quand il se redressa, son visage affichait un énorme sourire. Il était littéralement mort de rire, ce qui était lugubre dans cette ambiance qui ne s'y prêtait pas du tout. « Pfiou ! » s'exclama-t-il comme si ça faisait du bien de rire. Il sorti une cigarette et l'alluma avant de fumer tout en regardant son tableau de famille resté au même endroit. Il donnait vraiment l'impression d'être face à un paysage. Joshua était à peine à la moitié de sa cigarette qu'il la retira de sa bouche pour l'écraser sur son œil gauche. « Voilà qui fera joli dans ma chambre ! » s'exclama-t-il avec un grand sourire en se tournant vers l'auditoire tandis que Carleen se donnait également en spectacle d'une tout autre manière. Joshua fronça les sourcils. Elle était repliée sur elle même ce qui l'empêchait de voir son cadeau. Peu importait ce que c'était, de toute évidence les Leatherface avaient tapé dans le mile pour tout le monde ici ce soir. Un sourire crispé aux lèvres, Joshua prit son tableau sous le bras et sorti de la salle.

    En réalité, il avait envie de pleurer, de tout casser mais non, les Leatherface ne l'atteindraient pas avec un simple portrait de famille. Il était plus fort que ça. Enervé, le jeune homme défonça presque la porte de sa propre chambre avant de se rendre compte, une fois dedans, qu'elle était pleine de clichés. Intrigué, il se pencha au sol et en ramassa plusieurs avant de se rendre compte que c'était toute sa vie. Ses parents à l'époque où ils s'aimaient encore, son frère quand il était encore heureux... Tout ça n'était que du vent maintenant, trop cruel... Joshua se mit à pleurer, le visage ruisselant de larmes, déformé par la haine et la douleur. Une par une, il ramassa la moindre photo et les réunit dans sa main. Seule resta un cliché de son frère et lui jouant de la musique. Joshua renifla et sorti à nouveau de sa chambre, son tableau toujours sous le bras. En sautant presque dans les escaliers, il redescendit jusqu'à la salle de de bal où il entra comme l'aurait fait un maître de cérémonie. « Pourquoi faire de telles têtes ? Les Leatherface nous ont fait de beaux cadeaux ! On devrait être contents ! BY THE WAY MERCI POUR LES PHOTOS DANS MA CHAMBRE ! » s'écria-t-il avec un grand sourire; le nez levé vers le plafond, avant de faire une révérence éxagérée. « Très touchant ! »

    Puis il s'approcha à nouveau du « sapin » pour y déposer son tableau avant de retourner près du buffet où il saisit une bouteille de Vodka. Toujours souriant, il l'ouvrit et en bu une gorgée, conscient que les regards étaient posés sur lui « Argh ! » s'exclama-t-il après avoir avalé et secoué la tête. Il s'approcha du cadavre, hors de lui mais pourtant souriant. Il était malade, malade à en crever. « Si vous permettez... » dit-il à la jeune fille pourtant morte. Il lui mit le tableau sur les genoux et vida la bouteille de Vodka dessus avant d'en répandre un peu partout autour. Quand elle fut vide, il la balança au sol pour la briser et sorti son briquet. Toujours ce même sourire effrayant aux lèvres, il balança le briquet sur le corps de la jeune fille qui prit immédiatement feu. Quand les flammes grandirent, Joshua jeta les photos de sa famille et les regarda flamber. Mort de rire, le jeune anglais ouvrit les bras en grand et s'écria : « JOYEUX NOEL A TOUS ! »








________ ♠ _________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 276
• CREDITS : libertines
• HUMEUR : Hystérique

MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   Dim 13 Fév - 17:23



    Les gens sont un peu bizarres ici en fait, pas étonnant que les cinglés responsables de toute cette mascarade les ait choisis. Dans la même logique, Gaël se demanda ce qu'il fichait ici du coup. Il se retourna et fut surpris de ne trouver personne. Il était pourtant certain d'avoir entendu quelqu'un lui demandé s'il y avait des boissons pas loin. Il ne s'était pas bousculé tout seul, ça n'avait aucun sens. Il était peut être en train de devenir schizophrène... il jeta rapidement un regard plus loin, au bar. Plusieurs silhouettes s'y pressaient, à la recherche de la boisson la plus forte possible pour faire disparaitre cette angoisse qui leur tenaillait l'estomac peut-être. Peut importe, Gaël se servit à son tour avant d'aller se mettre dans un coin, observant ce petit manège austère. Les gens faisaient semblant de s'amuser par peur d'être punis ? Ils ne dupaient personne, la plupart des personnes présentes tressaillaient au moindre frôlement avec un autre invité. Contre toute attente ce cirque extorqua un bref sourire à notre jeune allemand pragmatique. Un sourire qui disparu soudainement lorsqu'il reconnu Blis un peu plus loin. Un sourire de tombeur sur les lèvres, il tapait causette avec une donzelle toute habillée de rouge. Gaël n'avait jamais aimé le rouge, encore moins sur une fille, d'après lui ça faisait prostituée. Bon, la demoiselle était tout ce qu'il y avait de plus charmant c'est vrai, bien loin de lui l'idée de comparer son visage d'ange à celui d'une pute. De toute façon il ne faisait que très peu attention à elle, plus occupée à scruter Blis de haut en bas, il le déshabillait du regard, un petit truc lubrique dans le regard.

    Il avait perdu le compte sur le nombre de verres ingurgités en gardant un œil sur son obsession inexplicable lorsque soudain les lumières s'éteignirent d'un coup et que la silence le plus pesant se fasse sur la pièce. Passé les quelques cris de filles stressées bien entendu. Quelque chose se tramait et malheureusement Gaël était quelqu'un d'excessivement curieux. Il tenta de sortir de son petit coin pour rejoindre l'endroit où il lui semblait avoir le plus d'agitation, mais dans le noir c'était peine perdue. Il faisait hurlé la première gonzesse dont il écrasait le pied. Une avait même été tellement proche, qu'elle lui avait gueulé dans l'oreille et c'était tout sauf agréable. Il se retrouvait mêlé à la foule qu'il avait jusqu'ici évité lorsque le courant revint. Le spectacle qui s'offrit à lui lorsque ses yeux s'habituèrent de nouveau la la lumière lui arracha un frisson. Il n'avait rien contre le gore, le sang sur le sol, la fille égorgée, les chiens éventrés... c'était moche à voir mais ça ne lui faisait pas grand chose. Il s'était toujours douté qu'il aurait à faire à ce genre de spectacle ici. En fait ça lui arracha presque un sourire, il ne continua néanmoins pas son observation, il n'avait pas encore assez bu que pour trouver ça ragoutant. Ce qui l'inquiétait c'était surtout les paquets. Ils étaient nombreux, peut être y en avait-il pour chaque personne présente. Il espérait bien que non, il se méfiait des cadeaux, surtout ici... une jolie jeune fille s'approcha d'un paquet, vu son air étonné il devait être à son nom. Il reconnu Carleen. Une petite rigolote qui le poursuivait depuis qu'ils s'étaient rencontrés. Il ne comprenait pas trop pourquoi d'ailleurs. Elle sembla se décomposer d'un coup alors que le contenu du paquet était désormais exposé à ses beaux yeux. La demoiselle en fut malade et le regard écœuré qu'arrivait encore à lui lancé certaines pimbêches fit gronder Gaël, intérieurement. Il se serait bien approché pour tenter de la réconforter, il était coincé et puis le cri qu'elle poussa le dissuada de faire quoi que se soit. De toute façon il n'aurait rien su dire, il n'était pas vendu avec l'option réconfort... Surtout qu'un débile entamait grandement sa patiente. Depuis que les lumières étaient revenues, Joshua se donnait en spectacle. Ça devenait insupportable. Le voir glissé dans la flaque de sang avait déjà été irritant au possible mais qu'il sorte son briquet pour mettre feu à son "cadeau" c'était le summum ! Surtout que ce qui devait arrivé arriva. Des trombes d'eau commencèrent à tomber du plafond, éteignant en quelques secondes le feu qui n'avait prit que grâce à un peu d'alcool et niquant par la même occasion les tenues de tous les invités. « Scheißkerl ! ». A l'aide d'un grosse gifle mentale, Gaël réprima l'envie d'aller lui foutre son poing dans la gueule. Il respira un grand coup et alors que tous le monde cherchait son cadeau, il se joignit au mouvement. Il était curieux, c'était le défaut qu'il détestait le plus chez lui. Il avait besoin de savoir quelle crasse les Leatherface lui avait trouvé et pourtant, envoyant Carleen effondrée et Josh rendu à moitié fou, à défaut d'être déjà à moitié con, il savait que ça ne lui plairait pas du tout.

    Il trouva son "cadeau", il n'était pas très gros, c'est bon signe vous croyez ? Le paquet en main, il s'éloigna de tout cet attroupement et se trouva une chaise pour s'assoir dans son habituelle posture nonchalante. Prévoyant le gosse. Il observa le paquet sous toute les coutures, il n'était plus trop sur de vouloir l'ouvrir. C'est donc avec un lenteur misérable qu'il s'attaqua au papier collant. C'était une jolie boite rectangulaire, une boite qui ressemblait un peu aux écrins des bijouteries quand vous achetiez un collier inestimable. Gaël souleva un sourcil perplexe. Qu'étaient-ils allé chercher, un ancien collier de sa mère ? Qu'est ce que ça pouvait bien lui faire, il ne se souvenait même pas d'elle. Ce n'est pas comme si elle pouvait lui manquer. Il ouvrit la boite et imperceptiblement ses traits se durcirent alors que ses yeux s'écarquillait. Ce n'était pas un bijoux. La boite lui tomba des mains, l'étoffe rouge à l'intérieur se déroula de tout son long sur le sol. Il avait suffit d'un bout de tissu rouge pour qu'une multitude de souvenirs se pressent face à lui. Il se prit la tête, fermant fermement les yeux pour faire disparaitre toutes ses images qui défilaient malgré lui. Un gémissement plaintif lui échappa lorsque le souvenir de la douleur qu'il lui infligeait à chaque fois, s'imposa à lui. Il avait l'impression qu'on lui broyait les os un à un et pourtant ce n'était que des souvenirs. Il rouvrit les yeux, et releva la tête pour tomber nez à nez avec toute cette foule, avec un regard d'un vert envoutant. Il toisa Blis un instant avant qu'un grondement intérieur ne le pousse à se lever et à ramasser cette fichue cravate. Il avait beau poser les yeux sur ce bout de tissu, il ne la voyait pas, il ne voyait que ses souvenirs défilés alors que d'elles mêmes ses mains viennent dénouer sa propre cravate. En quelques secondes il avait noué l'autre autour de son cou et c'est en apparence complètement blasé, qu'il retourna se chercher un nouveau verre... non, tout compte fait il allait prendre la bouteille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le bal sanglant. [Sujet Commun Ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fortunate ::  :: 
    HALL D'ENTRÉE
 :: ♠ Salle de bal
-
Sauter vers: