AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Elizabeth Norlander [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



• MESSAGES : 63
• CREDITS : By Kath
• HUMEUR : Déjantée

MessageSujet: Elizabeth Norlander [Fini]   Jeu 23 Déc - 1:39


©KATH
« Le risque d’être frappé par la foudre augmente si,
debout sous un arbre, le poing levé vers le ciel,
vous criez : ''J’emmerde l’orage !'' »



Norlander, Elizabeth ;; —
17 mars 1991 ; Britannique ; 19 ans
; Hétérosexuelle ;
feat. KAYA SCODELARIO
GROUPE



♦️ Le passé est un prologue… ♦️




Je marchais lentement dans cette rue mal éclairée et pratiquement vide. Le seul bruit qu'on pouvait entendre était le bruit de mes pas et de quelques fêtards dans les bars avoisinants. Je resserrais mon manteau qui laissait filtrer les courants d'airs froids de la nuit. Cette nuit que j'aimais tant pour sa débauche qui faisait rage dans plusieurs bars et autres endroits malfamés. Plusieurs préféraient le jour, moi je préférai la nuit. Plusieurs redoutaient la nuit, moi je l'attendais avec impatience. Je pris une cigarette dans la poche droite de mon mince manteau et l'alluma pour me réchauffer. Depuis un moment, j'avais l'impression que quelqu'un m'épiait et me suivait, mais à chaque fois que je me retournais pour observer les environs, je ne voyais rien. Il n'y a pas longtemps, j'aurai paniqué et me serait enfuit parce que je faisais partie de ceux qui redoutaient la nuit. Qui aurait cru que j'aurais pu changer autant. J'avais l'impression que ce qui c'était passé, il y avait quelques années, c'était passé, il y avait des siècles de cela.

Comme plusieurs enfants dans le monde, je suis née dans une famille modeste. Rien de spécial, pas beaucoup d'argent, une mère, un père, une grande soeur et un grand frère. Une famille comme il y en a beaucoup dans le monde. Comme vous l'aurez deviné, je suis la cadette de ma famille, la petite dernière comme on dit. Par contre, ce que tout le monde ne savait pas, et même moi quand j'étais jeune, c'est que notre famille n'était pas la petite famille modèle. Quand nous sommes jeunes et que nous ne connaissons personne d'autre que notre famille, nous croyions que toutes les familles sont comme nous. C'était ce que je pensais quand j'étais trop jeune pour aller à l'école, contrairement à ma soeur et à mon frère. Mes parents avaient la sale habitude de se disputer tous les jours, ça n'aurait pas été un problème si cela aurait été le seul problème de cette foutue famille. Je dirai que ma vie et mes problèmes ont commencé réellement quand j'ai commencé à aller à l'école et faire des rencontres. Peut-être que tout aurait été différent si je n'aurai jamais rencontré Ian.

Dès que j'ai rencontré Ian à la petite école, nous avons su tous les deux qu'on s'entendrait à merveille. On pourrait appeler ça un coup de foudre amical. Il nous a fallu que quelques minutes pour savoir qu'on serait de grands amis. Certains diront que c'était parce qu'on été jeune, et je ne dirai pas le contraire, d'autres diront qu'on été fait pour être ami. Pour moi, ça n'avait pas d'importance, je m'entendais bien avec lui et c'était le plus important. Il avait ce talent de me faire sourire à tout moment, même dans les pires et il n'y avait que lui qui me comprenait vraiment. C'est pour cela que depuis la petite école, on ne se séparait plus. On était très réservé et on ne laissait personne d'autres rentrer dans notre «cercle». Je ne saurai dire quand notre relation a changée, comme tous les enfants dans ce bas monde, nous grandissons. C'est en grandissant que j'ai compris que notre famille n'était pas comme les autres. Les parents à Ian ne se disputaient pas tous les jours, ses sœurs dormaient tous les soirs dans leur lit et non pas chez quelqu'un d'autre.

C'est ce que j'ai commencé à comprendre en grandissant. Certes, je n'étais pas heureuse de ma famille, mais je n'étais pas pour autant malheureuse. Je vivais avec, comme pour d'autres problèmes dont on ne peut rien y faire. J'étais née dans la famille Norlander et je devais y rester jusqu'au moment où je serai capable de vivre seul. Ne me juger pas ! J'étais jeune et naïve et je croyais sincèrement que c'était aussi facile. Je vous l'ai dit, quand on est jeune, on est stupide et on doit vivre avec. En résumé, j'étais naïve et idiote. Par contre, en grandissant, cela a vite changé. Tout comme les autres filles, mes formes féminines ont commencé à se faire remarquer et, ce par la même occasion, ma beauté s'est aussi développée. Comme plusieurs disaient : «cette petite fille est devenue une magnifique jeune femme.» De plus, je n'étais pas la seule à avoir grandi. Ian aussi avait grandi, mais lui était devenu un homme. Il était tout aussi populaire auprès de la gent féminine que je l'étais de la gent masculine. Plusieurs croyaient qu'on finirait ensemble, mais je n'ai jamais pu voir Ian autrement que comme un ami. Ça été le problème qui a déclenché tous les autres problèmes. Le jour de sa déclaration a provoqué la fin de cette vie que je croyais simple. Parfois grandir d'un coup n'a rien de bien, croyez-moi. Pourtant, rien ne laissait présager ce drame.

Flash-back


Comme tous les adolescents de 17 ans, je marchais dans la rue, non pas pour me rendre chez moi, mais chez Ian comme on avait l'habitude de faire quand la journée d'école finissait. Par contre, aujourd'hui, on avait décidé d'aller chez Ian pour la soirée et la nuit entière. Depuis qu'on avait grandi, les parents étaient très réticents sur le fait qu'on dorme ensemble. Ce n'était pas rare de les voir arriver au milieu de la nuit pour voir si nous dormions vraiment et si nous ne faisions pas autre chose. Je ne les comprenais vraiment pas puisque je n'avais jamais réussi à voir Ian autrement que comme mon ami. Après quelques minutes de marche, nous étions arrivés à sa maison. J'avais toujours aimé cette grande maison en brique. C'était surtout le fait que sa maison avait deux étages en plus de la cave. Quand j'étais jeunes c'était mon rêve d'avoir une maison comme celle-là, aujourd'hui ça m'importait peu.

«Avoues que tu as toujours aimé ma maison !»

«On peut vraiment rien te cacher à toi. »

On montait les marches en riant comme on le faisait si souvent. Après que nous soyons rentrés, ce ne fut pas long avant de se rendre compte que les parents de Ian n'étaient pas là. C'était pourtant rare puisque, quand on avait nos soirées pyjamas, ils étaient toujours proches pour nous surveiller. Il s'était sûrement passé quelques choses. Je regardai Ian et comme s'il avait lu dans mes pensées, il me fit signe qu'il ne savait pas non plus où ils étaient. J'enlevai mon manteau et le posa dans le placard comme à ma grande habitude et je descendis les marches pour aller dans la cave. C'était là que se passait nos soirées pyjamas et comme les parents de Ian le savaient, ils avaient dû laisser une note. Ça ne me surpris nullement de trouver une feuille sur la table devant la télé.

«Ian,

Si tu lis cela, c’est parce que nous sommes à l’hôpital et que ton grand-père a eu une attaque. Pas besoin de venir, il va bien, mais nous avons décidé de rester avec lui et ton oncle pour aider les deux. Nous allons rentrer un peu plus tard alors, ne nous attend pas.

Tes parents qui t’aiment.»


Peu de temps après, Ian descendit les escaliers et je lui tendis le message tout en déposant mon sac sur le canapé. Ian voyait rarement ses grands-parents et, même moi, je n’ai jamais eu la chance de les connaître. Malgré cela, je m’angoissais pour eux et pour Ian qui, par son visage, montrait bien que lui aussi s’inquiétait. Je me levais pour l’emmener sur le canapé parce qu’il donnait l’impression qu’il allait s’effondrer à tout moment. Après qu’il s’était assis, je le pris dans mes bras, sans un mot, comme on avait l’habitude de le faire dans ce genre de moment.

« Ça va aller ? »

Il me regarda intensément ce qui fit que je n'eus pas le temps de comprendre ce qui se passait. Avant même que j'eus le temps de réagir, il m'embrassait. Ce n'était pas le premier garçon que j'embrassais, mais là c'était différent. Je n'embrassais pas un garçon que j'aimais vraiment, j'embrassais un ami. Je le repoussais et je me levai du canapé pour faire une distance entre lui et moi. Les mots sortirent tout seuls et avec une force qui me surprit moi-même.

« Que viens-tu de faire !»

D’un bond, il était devant moi.

« J’ai fait ce que je me retenais de faire depuis longtemps ! Tu le sais, je sais que tu sais. Je t’ai toujours aimée et je me suis retenu pendant trop longtemps. Je ne veux pas que nous soyons ami, je veux plus !»

Quand il fit un mouvement vers moi, je reculai pour être loin de lui. Puis sous le coup de la confusion, je pris mon sac et couru vers la sortie. C'est dans ces moments, qu'on remercie dieu d'habiter pas trop. Pourtant, en courant et le souffle court, je revoyais la scène et les larmes commencèrent à couler sur mes joues. Tout cela ne pouvait pas être réelle. Mon ami d'enfance, mon meilleur ami venait d'avouer qu'il m'aimait, mais pas comme une simple amie. Je ne pouvais pas imaginer que ça soit vrai, tout allait bien il y a quelques jours, pourquoi avait-il fallu qu'ils disent cela. Je ne pus dire depuis combien de temps je courais, une chose était sûre, c'était que j'étais arrivée chez moi. Je courus en prenant mes dernières forces pour rentrer. À peine fus arrivée que ce que je découvris me coupa le peu de souffle qui me restait. Ma mère était dans une position qui laissait très bien imaginer ce qu'elle faisait avec un autre homme que mon père. De plus, leur visage surprit et coupable ne laissait plus aucun doute sur leur occupation. Mes jambes s'effondraient sur le coup de tout cela. Tout avait si bien commencé, j'étais allée à l'école comme d'habitude, je m'étais amusée avec Ian comme d'habitude... Comment cela était arrivé. Puis, je sentis une présence derrière moi. En me revirant, je découvris ma soeur sur le seuil de la porte. J'aurai cru qu'elle aurait un visage aussi choqué et surprit que moi, mais je ne vis rien de spécial. Avec tout cela et l'impassibilité de ma sœur, j'explosai.

« Pourquoi ne réagis-tu pas ! Regarde ! Notre mère nous a menti et trompe notre père, comment peux-tu rester de marbre !»

Comme si elle venait seulement de se rendre compte que j’étais là, elle me regarda en me dévisageant. À ce moment précis, quelque chose se brisa en moi, comme si je savais déjà ce qu’elle allait dire.

« Ne fais pas cette tête, ça fait un moment que je le sais, comme notre frère et je suis sûr que notre père s’en doute. Alors, arrête de faire cette tête, ce n’est pas la fin du monde. »

Je regardais ma sœur comme si je ne l’avais jamais vu auparavant. J’avais l’impression qu’on m’avait trahi, en vérité, ce n’était pas une impression, on m’avait menti et trahi depuis le début. Depuis, le début ma famille faisait comme si de rien n’était pour préserver l’image d’une bonne famille. J’avais l’impression que tout ce qu’il y avait autour de moi tournait. Je pris appuis sur la petite table à côté de moi pour me remettre debout. Je pris un moment à regarder ma mère affolée en essayant de s’habiller. Cette mère que j’avais cru aveuglement, comme ma sœur, mon frère, mon père et mon meilleur ami. Tout le monde m’avait trahi et d’un coup tout avait été révélé. Tout ce à quoi je pensais n’était que mensonge et tromperie. J'avais essayé d'être une fille bien en faisant des choses biens et en écoutant ce que les autres me disaient et qu'est-ce que j'avais en retour, rien d'autre que de la trahison. Alors, ça servait à quoi d'être une fille bien si ce n'est que pour se faire avoir. Sans vraiment m'en rendre compte, j'étais devant la maison de Ian et en regardant le ciel, je pus constater que cela faisait un bon moment que je marchai puisqu'on était déjà en pleine nuit. Comme endormie, je laissai mes pas me mener à l'entrer de cette maison que j'avais aimée jadis et qui, désormais, me révulsait et pourtant, je rentrai sans problème. J'avais l'impression de ne plus rien ressentir et ça ne changea pas quand je retrouvai Ian dans le salon avec une bouteille de bière et une cigarette. J'avais toujours refusé de toucher à la drogue et à l'alcool parce qu'on m'avait répété que c'était mal. Aujourd'hui, je m'en foutais comme tout ce qu'il y avait sur cette terre. Je pris sa cigarette qu'il tenait, comme pétrifié, et j'aspirai la fumer pour après l'expirer comme si j'avais toujours fait ça. Je pris la bouteille et vida le contenu sans m'arrêter. Ian n'avait toujours pas bougé comme s'il venait de voir un revenant, ce que je voulais changer complètement. Cette nuit, la gentille petite Elizabeth allait disparaître pour toujours...

***

Je me réveillai en même temps que le soleil. Je regardai à côté de moi pour me rendre compte que Ian dormait toujours. J'avais encore du mal à croire que j'avais perdu ma virginité avec mon meilleur ami. Je me levai sans faire de bruit pour aller à la salle de bain. Je voulais seulement me laver, pourtant, quand j'aperçus le rasoir, une idée me vint. Je pris le rasoir, j'enlevai la lame et sans en être vraiment conscience, je me coupai les veines. Tout ce que j'aperçus avant de sombrer dans l'inconscient est un Ian affolé.

Fin Flash-Back


Après ma tentative de suicide, Ian ne m’a plus jamais reparlé. J’ai toujours su que je l’avais brisé cette nuit-là et sa mort, un an plus tard, dans un accident de voiture après avoir trop consommé ne fit que confirmer mes doutes. De plus, je me suis moi-même brisée cette nuit-là. Peu de temps après la fin de mes études, je suis partie de chez mes parents pour faire ma vie. Aujourd’hui, je vis dans un appartement minable, je fais la fête tous les soirs, je bois et fume et je vis pleinement cette vie. On pourrait croire que je veux encore mourir, mais depuis ce fameux soir, cette idée ne m’est plus jamais venue. Je préfère vivre ma vie de débauche et mourir plus tard. J’écrasai ma cigarette quand j’arrivai devant l’entrée de mon bar préféré. Malheureusement, je ne suis jamais rentrée, car, avant même de l’avoir remarqué, on m’avait assommé. La dernière chose que je vis, avant de sombrer dans le monde fantastique de l’inconscient, fut cette lune qui me tenait compagnie depuis ce drame.

Si un jour, on m’aurait dit qu’on me kidnapperait pour que je joue dans une télé réalité où le mot d’ordre est survivre, j’aurai éclaté de rire. Comme quoi, tout peut arriver, c’est ce que je compris quand je me réveillai avec un mal de tête atroce et une envie de vomir le peu de choses que j’avais mangé, il y avait de cela un moment maintenant. Le jeu venait de commencer, mais cela, je ne le savais pas encore…

[/size]



♦️ Tell Me Your Little Secret… ♦️




¤ J'ai perdu ma virginité à l'âge de 17 ans avec mon meilleur ami ou plutôt mon ancien meilleur ami. Un an plus tard, celui-ci est mort dans un accident de voiture après avoir trop consommé. J'ai troujours su que le jour où j'ai perdu ma virginité avec lui et que j'ai essayé de me suicider après, je l'ai brisé intérieurement.

¤ J'ai déjà fait une tentative de suicide, après avoir découvert que mon meilleur ami m'aimait et que ma mère trompait mon père et que tout le reste de la famille le savait. C'est après cela que j'ai changé et que je suis devenue une personne qui ne vit que pour la débauche.

¤ Je n'ai plus jamais revu ma famille après avoir déménagé de leur maison.



♦️ In my mind… ♦️




Vous voulez vraiment savoir ce qu'il y a dans ma tête. Je vous avertis, ce n'est pas une partie de plaisir puisque je suis loin d'être une gentille petite fille. Je dois bien l'avouer, je ne suis pas une personne facile à vivre, mais qui l'est ? Je suis très franche et je n'ai pas peur de dire ce que je pense. Alors, si je ne vous aime pas ou que vous me tapez sur les nerfs, ça ne sera pas long avant que vous le sachiez. Plusieurs diront que c'est un défaut, mais moi, je vois cela comme une qualité. Je n'ai jamais compris les gens pour cette raison, ils disent toujours qu'ils veulent savoir à quoi on pense et quand ils le savent, ils nous injurient parce qu'on a dit la vérité. S'il y a bien une chose qu'on peut admettre sur moi c'est que je ne suis pas susceptible et que je ne suis pas rancunière. Pour moi, le passé est le passé et j'ai toujours, ou presque, vécu avec cette idée. Faut avouer que penser seulement au présent est beaucoup plus réconfortant que penser à tous nos problèmes passés. C'est pour cette raison, que les aventures d'un soir me connaissent bien. Que voulez-vous, je ne vis que pour la débauche.

Certaines personnes pourront dire que je suis antisociale et d'autres diront que je suis sociable, tout dépend de mon humeur. Je peux paraître froide et distante avec certaines personnes parce qu'ils me tapent sur les nerfs ou simplement parce que je n'ai aucune envie de parler. Par contre, je peux être tout le contraire si cela me chante. Vous ai-je dit que je n'avais pas un caractère facile ?

Il y a très longtemps, j'étais une fille dépressive et la vie me paraissait fade et injuste. Aujourd'hui, je suis tout le contraire, je vis ma vie à 100%. J'adore braver les interdits et je suis toujours prête à assumer les conséquences. Pour moi, vivre sa vie ne se résume pas à rester derrière un bureau et suivre gentiment ce que les autres nous disent de faire. Pour moi, vivre sa vie, c'est vivre une vie d'action et de changement. C'est ma façon de vivre, mais je sais aussi être raisonnable et éviter des ennuies inutiles. Je ne suis pas stupide quand même. Plus j'y pense, je pourrai dire que je suis aussi une personne très têtue. Quand j'ai une idée en tête pas moyen de m'en dissuader. Là, c'est à vous de voir si c'est une qualité ou un défaut.

S'il y a bien une chose que j'ai apprise et que je n'oublierai pas, c'est que la confiance n'a rien de bien. Certes, ça ne me dérange pas de dire ce que je pense, mais là à ouvrir mon cœur, c'est une autre histoire. Il ne sort jamais rien de bon quand on donne sa confiance à autrui, c'est une leçon que tout le monde devrait savoir. De plus, je suis loin d'être naïve, le monde qui réussit à me tromper, aujourd'hui, sont rare. Peut-être parce que j'ai l'habitude de ne voir que les mauvais côtés de chaque personne et non les bons.



♦️ Look at me, I’m so famous ! ♦️




Je rêve ou tu me demandes à quoi je ressemble. T'es aveugle ou quoi !? Bon, comme je suis une âme charitable, je vais te le dire. Il faut bien l'avouer, je suis ce qu'on appelle une belle fille et je n'ai pas peur de le montrer. Comme ma mère, j'ai de longs cheveux bruns qui ondulent un peu et une peau assez blanche. Par contre, mes yeux bleu azure vient de mon père. Je dois bien avouer que mes yeux sont la partie de mon corps que j'aime le plus et je trouve que cela va merveilleusement bien avec mes longs cheveux bruns et ma peau blanche. De plus, j'aime bien les faire ressortir avec du eye liner et du fard à paupière noir. Ce n'est pas parce que je suis belle que je n'ai pas besoin de me maquiller, voyons plus le maquillage comme un accessoire que comme un correcteur. Mon visage, quant à lui, n'est pas trop rond ni trop ovale, juste parfait avec, au milieu, un petit nez « tout mignon » comme disaient mes grands-parents.

Pour ce qui est de mon corps, il est tout ce qu'il a de normal. Je suis assez mince, mais pas trop (je n'ai jamais trouvé ce qu'il y avait de beau à être un squelette ambulant, un peu de gras ne fait pas de mal), j'ai une poitrine moyenne, mais je dois bien l'avouer, elle penche plus vers une petite poitrine. On m'a souvent dit que j'avais de belle courbe féminine et je n'ai jamais dit le contraire. J'ai de longues jambes, ce qui me fait mesurer un bon 1m68. Cela ne me prive pas de mettre des talons hauts, au contraire. Mon seul complexe; mes taches de rousseurs sur mon joli petit nez pointu ainsi que sur le haut de mes joues. J'essaye souvent de les cacher avec du fond de teint, même si ce n'est pas très dur puisqu'elles ne sont pas nombreuses et qu'elles ne sont pas trop foncées. On m'a souvent répété que cela ne me rendait que plus mignonne ce qui, à la fin, commençait sérieusement à me taper sur les nerfs. Alors, conseil, ne surtout pas me fatiguer à essayer de me convaincre que mes taches de rousseurs sont « mignons », sinon vous allez très vite faire connaissance avec messieurs coups de poing.

Mon style ? Je dirai que je n’ai pas de style en particulier. J’aime prendre de vieilles affaires pour en faire un style punk rock. Ce n’est pas rare de me voir avec des robes qui laissent voir ce qu’on appelle mes formes féminines. Je n’ai jamais compris en quoi c’était grave que les garçons voient les sous-vêtements des filles. Faut dire que je ne suis pas très pudique, mais ça c’est une autre affaire. J’attache souvent mes cheveux à la « va vite », mais, parfois, je ne me casse pas la tête et je les laisse libres. Une petite particularité qu’on ne voit pas avec mes millier de bracelets, c’est que j’ai deux cicatrices horizontales sur les poignets suite à une tentative de suicide.


♦️ Quel est le prix de ta vie ? ♦️



Ceci est un petit formulaire à remplir, en plus de ta présentation. Rien de bien méchant (quoique), rassures toi. Ce formulaire est spécialement dédié aux LeatherFace, puisqu’après tout, ils ont tout à fait le droit de savoir qu’elles sont tes limites, n’est ce pas ? Même s’ils se feront sans doute un plaisir de te les faire dépasser…

Es-tu prêt à te donner corps et âme à LeatherFace ? [X] oui [ ] non
Jusque où serais-tu prêt à aller dans tes missions? Puisque je n'ai rien à perdre, je serai prête à tout ! De plus, je ne vis que pour l'action de vivre.
Serais-tu prêt à tuer tes parents pour sortir du manoir? [X] oui [ ] non
Et ton chat? [ ] oui [X] non [Ben quoi ! Mon chat a toujours été plus loyal que mes parents, il mérite bien de vivre !]
Et ton chien? [X] oui [ ] non
Serais-tu prêt à empailler ta sœur pour sortir? [x] oui [ ] non
Situation : LeatherFace te propose, contre ta vie, d'égorger un chat et de le pendre dans le hall. Le ferais-tu? [X] oui [ ] non



♦️ Et toi ? ♦️




Pseudo et/ou Prénom : Lucky (malheureusement, ce pseudo ne vient pas du fait que je suis chanceuse roh le boulet )
Âge : 16 ans
Nationalité : Canadienne
Double-compte ? : [ ] Yop ! [X] No.
Depuis combien de temps faites vous du rp ? : Mmm... Je dirai que ça fait 4 ans que je suis sur les forums.
Quelque chose à dire sur le forum ? : Une seule chose, j'adore !
Es-tu plutôt ou ? :
ou ? :




Dernière édition par Elizabeth Norlander le Sam 25 Déc - 19:09, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 247
• CREDITS : C.c

MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   Jeu 23 Déc - 1:52

Welcome
Sublimes vavas :anh:
et j'adore ta phrase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 63
• CREDITS : By Kath
• HUMEUR : Déjantée

MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   Jeu 23 Déc - 4:11

Et bien, merci ^^

Par contre, la phrase ne vient pas de moi, mais quand je l'ai vu, j'ai eu un véritable coup de foudre et je l'ai mise dans ma présentation !

+1 (un peu tard, mais je ne sais pas trop si je vais avoir besoin d'un deuxième postes pour ma présentation)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 590
• CREDITS : Chausette ; Tumblr
• HUMEUR : Tu veux vraiment le savoir ?

MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   Jeu 23 Déc - 11:49

Bienvenue
Toi je sens que je vais t'aimer ^^

D'abord une fille ... Bon ok hétéro mais il n'y a que les cons qui changent pas d'avis
Après Kaya Scodelario :anh: :cuti:
Et ensuite sublimes tes avatars :tape:

Bonne chance pour ta fiche Smile

________ ♠ _________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 122

MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   Jeu 23 Déc - 13:56

+1000 pour la phrase :anh:

bon courage pour ta fiche, Kaya est un excellent choix d'avatar, t'as droit à encore +1000 *out*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



• MESSAGES : 63
• CREDITS : By Kath
• HUMEUR : Déjantée

MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   Jeu 23 Déc - 18:01

Merci tout le monde pour cette acceuille !

Je pense sincérement que je vais adorer ce forum Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   Jeu 23 Déc - 18:37

Bienvenue jolie demoiselle!

Très jolis vavas comme il a déja été dit plus haut =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   Jeu 23 Déc - 20:00

Coooool, Kaya *-*
Anyway, welcome & good luck pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



• MESSAGES : 63
• CREDITS : By Kath
• HUMEUR : Déjantée

MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   Sam 25 Déc - 19:05

Voilà ! J'ai enfin fini ma présentation.
Ok, j'avoue avoir vite fait la suite, mais c'est le temps des fêtes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Master Of Your Life



• MESSAGES : 113
• CREDITS : Libertines
• HUMEUR : Bad.

MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   Lun 27 Déc - 18:19

Bienvenue à toi, Elizabeth. Nous avons le plaisir de t'accueillir dans ce manoir, et nous t'annonçons officiellement que tu viens de gagner ton passeport pour l'Enfer ! La chambre qui t'a été attribué se situe dans le couloir portant le nom de Comtesse Sanglante, ta chambre sera la numéro 402. Nous espérons qu'avec tout ce que nous t'avons concocté, tu ne mourras pas trop vite ♥

Follement vôtre
LeatherFace

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-fortunate.forumsactifs.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elizabeth Norlander [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Elizabeth Norlander [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fortunate ::  :: 
    LEATHERFACE WANT TO SEE YOU
 :: ♠ Validated
-
Sauter vers: