AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Master Of Your Life



• MESSAGES : 113
• CREDITS : Libertines
• HUMEUR : Bad.

MessageSujet: [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson   Lun 20 Déc - 0:17

« Ma vengeance est perdue s'il ignore en mourant que c'est moi qui le tue. »
Andromaque.

Les LeatherFace vous aiment. Enfin, ils portent leur amour à vos déchirures, surtout.
Renton, te voila dans un endroit bien sordide. L'infirmerie. Tu te réveilles, attaché, presque complètement nu. (Nous avons pris le soin de... disons, cacher tes parties intimes.) Un vent glacé te parcourt l'échine. Apprécie cet instant de paix, il ne durera pas longtemps.
Quant à toi Zeke, tu as reçu il y a peu une enveloppe noire, glissée sous la porte de ta chambre, t'obligeant à te rendre dans la vieille infirmerie, située dans la tourelle. Tu t'y rends, naturellement. L'endroit délabré inspire peu confiance. Et lorsque tu pousses la vieille porte, que vois-tu se dessiner devant toi? Un Renton éveillé, attaché, et devant lui, une table. Avec des instruments. Et pas n'importe lesquels. Des scalpels, des objets tout à fait absurdes, des instruments de tortures.
Il est simple de deviner le but, n'est-ce pas?
Une lettre se situe sur cette même table, au milieu.

Citation :

    Cher Zeke,

    L'heure de ta vengeance a sonnée.
    Fais-toi plaisir.
    Mais sache que nous te voyons. Tout désistement de ta part sera pris comme une offusque. C'est à toi de voir, jusqu'où serais-tu prêt à aller pour l'être qui a détruit ta vie?

    Follement votre,
    LeatherFace.



A vous de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-fortunate.forumsactifs.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson   Lun 20 Déc - 1:23

    C'était pas comme si il avait demandé quoique ce soit, une punition divine pour toutes les conneries qu'il avait faites ou quelque chose de ce goût-là. Non, vraiment, tout ce qu'il avait toujours souhaité c'était qu'on lui foute la paix, qu'on le laisse vivre sa vie et qu'on lui laisse le soin d'en payer les conséquences mais cette fois... Cette fois, le tout devenait trop lourd à porter. Oh bien sûr, Zeke n'avait jamais été de nature faible ou froussarde. Il faisait partie de cette minorité de la population qui fonçait dans le tas sans penser aux conséquences et qui se retrouvait avec un tas d'emmerdes sur le dos du à un manque de précautions. Mais il s'en était toujours foutu... Du moins jusqu'à maintenant. A croire que passer deux semaines enfermé dans un manoir vous pousse à réfléchir. Ce n'était pas tant la peur qui le motivait mais plus un désir de faire ses preuves, de montrer qu'il pouvait se barrer d'ici, coûte que coûte. L'ennui commençait à le gagner et il savait ce symptôme pour le moins courant s'était toujours révélé dangereux pour sa santé ou du moins celle des autres. C'était peut-être son défaut, le pire en tous les cas... Il ne pouvait rester inactif, il fallait toujours quelque chose pour lui occuper l'esprit. Quelque chose de drôle, d'amusant de préférence et en général, il trouvait son bonheur dans l'alcool, la cigarette, le jeu, les différents mecs qui défilaient nuit et jour. Ça n'avait guère importance pourquoi ou comment en dehors, libre comme l'air, mais là, dans ce manoir trop grand et trop faiblement éclairé, il se sentait mal, oppressé et il lui fallait trouver un moyen pour se sortir d'ici, pour trouver une occupation ou il allait devenir dingue et tuer tout le monde cela ne faisait aucun doute (et là on pourrait plus rp hein ce serait dommage quand même).

    La curiosité et l'excitation étaient venues se mêler à un après-midi morose où il avait hanté les couloirs du manoir, à la recherche d'un je ne sais quoi, comme un gamin pendant une chasse au trésor. Cependant, rien d'intéressant, de fascinant qui ait su retenir son attention l'espace d'un instant. Et franchement, à part des rats, il n'avait pas rencontré âme qui vive... Sans doute que la moitié du troupeau s'était cachée dans ses dortoirs en attendant tranquillement que quelqu'un vienne les cueillir. Ouais, il avait autre chose à foutre que de mourir de trouille sous un drap pas vraiment épais. Il allait au devant du danger et il se foutait pas mal de ce qui pouvait parfois se trouver derrière certaines portes du manoir... Au moins, un peu d'action ne ferait pas de mal, se retrouver face à un zombie ou le cadavre de Michael Jackson, who knows? Mais bref... C'est en revenant de sa promenade devenue presque quotidienne à travers les dédales de couloirs qu'il avait trouvé une lettre, noire, glissée sous sa porte. Et un étrange message qui l'avait frissonné, presque de plaisir. Enfin, quelque chose à se mettre sous la dent... Devait-il y aller? Ou non? Peu importe, il irait. Seuls les trouillards n'auraient pas répondu à un tel appel, en ayant peur de voir un fantôme ou Dracula apparaître sous leurs yeux mais bien entendu, Zeke S. Peterson n'était pas de cette race-là. Il défiait le monde d'un seul regard et ce foutu manoir n'allait pas pour autant courir à sa perte avec des messages à la con qui, a priori, ne laissait entrevoir rien de bien exceptionnel.

    Du moins, le croyait-il.

    Il avait attendu une heure ou deux avant de bouger son cul pour voir ce qui se passait du côté de l'infirmerie... Il ne s'était pas vraiment perdu en route, il se souvenait vaguement être passé par là parfois (ou alors Leathertruc lui a fourni un GPS on sait pas) sans vraiment s'y attarder. Zeke arriva donc sans difficulté à se frayer un chemin vers l'infirmerie délabrée, il poussa la porte, sur ses gardes, les grincements sonores résonnant dans toute la pièce, il pensa que les tarés de proprio n'avaient pas lésiner sur l'effet film d'horreur en oubliant de de huiler les joints puis il stoppa net dans sa lancée en observant ce qui se trouvait juste en face de lui.

    Ok, c'était quoi ce bordel?

    Il fit d'abord face à une armée de scalpels et autres instruments, jugés un peu trop bizarres pour qu'il y attarde son regard, et qui auraient eu parfaitement leur place dans les laboratoires expérimentaux du 19ème siècle puis, en scrutant l'endroit dans une vue d'ensemble, son oeil s'arrêta sur une silhouette à moitié dénudée, pieds et poings liés sur une chaise à l'angle de la pièce, les yeux bandés, bougeant vaguement, parlant à voix basse. Si ce n'était pas le truc le plus étrange qu'il lui ait été donné de voir... What the fuck was that?

    - Bordel mais c'est quoi ce délire?

    Sa voix résonna, encore plus effrayante, dans les moindres recoins de l'infirmerie et il se mordit les lèvres, avançant lentement vers la silhouette. Le tout lui semblait familier. Il ne savait pas vraiment pourquoi, ni comment mais il avait déjà vu ces jambes, ces bras minces et ce crâne plus ou moins rasé, ces lèvres charnues et parfaites pour être embrassées... Il stoppa net. Merde.
    Et une seule personne en est responsable.
    Sa tête pivota vers la table, couverte d'instruments en tout genre.
    C'est pour cette raison que nous t'offrons l'opportunité de te venger, de te faire justice toi-même.

    Zeke attrapa une lettre posée sur la table, semblable à celle qu'il avait lu sur le seuil de sa chambre, il hésita à l'ouvrir, la garda dans sa main et darda ses yeux bleus sur la silhouette à moitié nue, qui n'était maintenant plus une silhouette puisqu'il se trouvait à quelques centimètres d'elle. Ses mains tremblèrent légèrement mais s'avancèrent vers le bandeau qu'il fit lentement descendre vers le cou de la personne, qui cria quelque chose au même moment mais que Zeke ne parut pas entendre. Tout simplement car devant lui se trouvait Renton W. Andrews, la dernière personne qu'il s'attendait à voir ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson   Mar 21 Déc - 18:36

    L'obscurité. Il parait qu'il y a des avantages à être plongé dans le noir. Peut-être parce que quand on n'est pas directement confronté à ce qui va nous arriver on est largement moins flippé. Pourquoi vous croyez qu'on vous ordonne de ne pas regarder en bas quand vous faites de l'escalade hein ? C'est traitre, la sensation de sécurité qui s'empare de vous alors que vous frôlez la mort et ce genre de connerie qui aurait le mérite de bien vous foutre la frousse si seulement on vous avait prévenu dès le départ. Bizarrement, le contraire exact était en train d'arriver à Renton. Il aurait préféré avoir eu des indications précises, un mode d'emploi ou n'importe quoi d'autre qui aurait pu lui éviter, ou au moins lui donner des indices sur le merdier dans lequel il se trouvait.Ne rêves pas trop Ren, quand tu te retrouves presque par magie dans un endroit sordide comme ce foutu manoir hanté à la con il est tout à fait normal que les emmerdes arrivent un jour ou l'autre non ? Quatre jours qu'il était coincé ici et il avait fini par penser que ce n'était pas si mal que ça au final. Un toit sur la tête, même si ça ne l'aurait pas étonné plus que ça de croiser le comte Dracula au détour d'un couloir, et pour un type comme lui, qui avait été habitué à magouiller, refourguer n'importe quoi histoire de gagner sa vie de manière pas forcement légal ce n'était pas du luxe. Et ça même si les raisons de sa présence ici et même, bordel, comment il était arrivé là lui échappait complètement. N'importe quel humain normalement constitué (quoique ici ça ne semblait pas vraiment être monnaie courante hein, ils devaient avoir eu une promotion sur les cas sociaux mais bon passons) aurait perdu le contrôle, pisser dans leur froc, taper du pied jusqu'à en perdre la raison, et crever de panique plus que de raison. Mais pas lui, il avait juste essayé d'en tirer le meilleur et pour le moment ça n'avait pas vraiment marché comme il le voulait ... et voir où il se retrouvait à l'instant précis les choses n'étaient pas vraiment sur le point de s'arranger.

    Ce foutu froid glacial fut la première chose qu'il sentit quand il émergea enfin. Ses yeux étaient complètement ouverts mais impossible de voir quoique ce soit, la faute à un foutu bandeau ou un truc dans le genre qui lui recouvrait complètement les yeux. Merde. - Okay, on a tous frôlé la crise de rire, maintenant putain de merde, vous me sortez de là ? A qui il parlait ? Il n'en avait aucune foutu idée et étant donné que personne ne se manifesta pour contre attaquer sa phrase lancée sur un ton qui n'allait pas rester éternellement calme il était évident qu'il était tout seul. Pour le moment. Elle était là la frousse, celle qui n'avait pas vraiment fait partie de sa vie depuis un bail. Ce n'était pas vraiment qu'il flippait d'être blessé, planté, butté, il était trop impulsif pour en avoir quelque chose à foutre au moment crucial ... c'était ce manque de contrôle sur la situation qui le prenait aux tripes, quoiqu'il arrive dans les prochaines minutes il n'était pas vraiment en mesures de se défendre, et ça,ça lui foutait les jetons plus que n'importe quoi. Être un putain de faible n'avait jamais été son trip, jusqu'à maintenant. Il gigota violemment sur la chaise à laquelle, il s'en rendait malheureusement compte maintenant, il était solidement attaché. Les liens qui le maintenaient dans cette position infernal lui bousillaient les mains mais il ne ressentait aucune douleur, trop occupé à essayer de se sortir de là, forçant sur le tout comme un taré. Ça ne servait à rien, il s'en rendait compte mais ça ne l'arrêta pas, bien au contraire pas. Il se calma deux secondes plus tard, son attention maintenant concentrer sur le bruit d'une porte grinçante qui venait juste de s'ouvrir ... apparemment. Putain ils n'avaient pas lésiné sur les bruits de circonstances, les effets du genre « maison de Casper le petit fantôme, gentil mais flippant quand même » et ce genre de truc. Ça l'avait fait plutôt rire au début, mais maintenant il commençait à avoir envie de tous les buter et venant de lui, ce n'était pas trop rassurant.

    - Bordel y a quelqu'un ?

    Bizarrement il n'avait pas hurlé sa phrase, il était peut-être du genre à s'énerver facilement mais ce n'était pas en gueulant plus fort que le reste de la planète que ses crises de nerf se traduisaient, mais plutôt à l'aide de ses poings qui étaient forcés de rester immobile pour le moment. Aucune réponse, bah comme par hasard hein, l'ambiance était digne des meilleurs films d'horreurs alors il se doutait vaguement que personne n'allait débarquer en chantant la Macarana et en se présentant, la bouche en cœur ... mais on peut toujours rêver non ? Une voix claqua vaguement dans l'endroit glauque où il savait pertinemment qu'il se trouvait et il recommença à bouger, histoire de ... bah juste histoire de faire quelque chose de ses dix doigts, et de ne pas rester comme un abruti, à moitié à poil, à la merci de n'importe quel crétin qui aurait vu de la lumière et était rentré. Plus les pas se rapprochaient et plus il avait envie de vraiment s'énerver, de couper les foutues jambes de qui que ce soit qui avait osé le mettre dans cette position de merde et de n'importe qui d'autre aussi, juste pour se calmer. Sans vraiment s'en rendre compte il sentit le bandeau qu'il avait été forcé de garder sur les yeux jusqu'à présent glisser sur son visage et il eut enfin le loisir de jeter un regard sur la vieille infirmerie délabrée dont il était pour le moment prisonnier. Enfin, après un temps d'adaptation assez court où il réhabitua ses yeux à la lumière et tout le bordel, mais étant donné que l'endroit était plutôt sombre, il n'eut pas trop de mal. Comme il l'avait déjà remarqué il était à moitié nu, attaché, la salle était presque plongée dans l'obscurité et une table était installée devant lui, mais d'où il était il n'arrivait pas vraiment à voir ce qu'elle contenait. Son regard se posa alors sur la personne qu'il s'était approchée de lui et avant qu'il est pu le menacer de le découper en rondelles il se stoppa net.

    No fucking way ...

    Garder le contrôle, garder ce sourire mesquin qui lui allait si bien et faire comme ci il n'était pas surpris de le voir, lui, ici. Comme ci ca n'avait pas plus d'intérêt que ça et que de toute façon ça ne le touchait pas. Okay pour le moment ça ne le touchait pas des masses, il aurait tout le temps de se demander ce que Zeke foutait là, une fois qu'il se tiendrait debout, qu'il aurait la force et le pouvoir de le pousser contre un mur, histoire d'être celui qui avait le contrôle, pas ce débile attaché incapable de bouger.

    - Tu me détaches ? Avant qu'on passe aux retrouvailles pleines d'amour et d'émotion ?

    Cynique, toujours ... Et des paroles qui se voulaient sur d'elles mais qui en vérité était là pour combler le manque total de compréhension dont il était victime. Il secoua vaguement la tête, et posa son regard sur lui. Bordel et maintenant quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson   Mer 22 Déc - 17:55

    Il y avait des tas de choses qui auraient pu lui passer par la tête à ce moment précis, cet instant particulier où il se trouvait dans une des pièces les plus sombres du manoir et où, vraisemblablement, on lui avait apporté une sorte d'offrande... C'était un test. De quelle nature? Il n'en avait aucune foutue idée... Comme si il avait idée de quoique ce soit ici. Il avait parfaitement conscience de n'être qu'un pion parmi tant d'autres,... Certes, la partie n'avait pas tout à fait commencer mais il savait que le jeu serait encore plus serré au fur et à mesure qu'on les garderait ici... Il en avait la certitude du moins, qu'on les garderait ici. Zeke ne savait pas combien de temps, de mois, d'années toute cette petite mascarade pouvait durer mais il était fort probable que quelqu'un y perde la vie. Qui serait le premier? Allez savoir. Peut-être lui... Ou quelqu'un d'autre.

    Mais en attendant, il fallait qu'il se mette en tête que Renton W. Andrews se trouvait bien devant ses yeux, sur cette table, à moitié nu (on va pas s'en plaindre non plus roh), attaché, et pas vraiment au courant lui non plus de ce qu'il se passait... Donc non, rien n'était dû au hasard. Seriously, parmi les milliards de personnes qu'ils auraient pu amener ici ça tombait sur lui? Non, non, non, c'était tout simplement impossible que ce soit juste une coïncidence... Et ça lui donnait quelques frissons dans le dos à bien y réfléchir. Quel genre de grand malade aurait bien pu vouloir qu'ils s'entretuent tous? Il essaya de ne prêter aucune attention à Renton et ouvrit l'enveloppe qu'il tenait encore dans les mains, tremblant légèrement.

    Citation :

    Cher Zeke,

    L'heure de ta vengeance a sonnée.
    Fais-toi plaisir.
    Mais sache que nous te voyons. Tout désistement de ta part sera pris comme une offusque. C'est à toi de voir, jusqu'où serais-tu prêt à aller pour l'être qui a détruit ta vie?

    Follement votre,
    LeatherFace.

    LeatherFace.
    Déjà c'était quoi ce pseudo débile, non mais franchement? Il roula des yeux mais fixa tout de même son regard sur la première partie du message... Bon ok, maintenant, il n'était pas complètement cinglé. Si lui et Renton se trouvaient là c'était pour régler leurs comptes en bonne et due forme... Enfin si on ignorait Renton attaché sur une chaise et en position d'infériorité, ça n'avait pas grande importance, cela allait sans dire. Zeke se mordit les lèvres jusqu'au sang, sentant la battement de son cœur accélérer d'un coup. Ok, let's forget about LeatherFace for now.

    Ses yeux bleus se tournèrent vers Renton qui, maintenant capable de le voir, le fixait d'un air furieux... Ça lui rappelait quelques moments désagréables déjà vécus en sa compagnie et il était certain que sa mort approcherait à grand pas si il le laissait se dépêtrer de là. Zeke s'adossa à la table (si, celle où sont tous les jolis instruments wouhou), croisa les bras et l'observa de la tête au pied (il se rince l'oeil, leave him) ... Ouais, finalement, rien n'avait vraiment changé et si il s'était écouté, quelques années auparavant et dans la même situation, il l'aurait sans doute détaché et Renton l'aurait sauvagement pris sur la table, enfin bref, vous voyez le topo Rolling Eyes... Mais malheureusement, les choses avaient changé, depuis un bout de temps déjà, non? Ils possédaient tous deux un passé et il brûlait là, au centre, en même temps qu'eux, presque palpable. Tout revenait dans la gueule de Zeke sans qu'il sache vraiment pourquoi... Pourquoi maintenant? Toutes ces années il n'avait fait que refouler sa rancœur à l'encontre de Ren et maintenant... Maintenant, il aurait très bien pu cracher le tout, tout ce qui restait au fond de son crâne sans aucun remord pour lui faire comprendre qu'il le haïssait, d'une certaine manière en tout cas et puis il y avait l'autre manière... Celle qu'il faisait taire chaque fois qu'il pensait à Renton et à bien y réfléchir, il y avait pas mal pensé ces derniers temps. Mais pour le moment, il se contenterait juste de le narguer un peu, ça ne faisait de mal à personne, right?

    - Nan... Je te trouve pas mal comme ça... Pas toi? Il lui adressa un petit sourire puis lui tourna le dos, jetant un œil aux alentours. Si Ren avait décidé de jouer au plus malin, il savait pertinemment que Zeke ne serait pas le dernier à lui rendre la pareille... Et comme il était attaché à une chaise, à a sa merci, il aurait mieux fait de se la fermer, right? Mais comme d'habitude, il lançait toujours quelques phrases, des mots juste histoire de blesser Zeke... Si c'était possible bien entendu. Ça marchait parfois... Alors autant que Zeke profite du tout. - Dis donc, je sais pas comment t'as fais pour te retrouver là mais ils doivent vraiment pas t'aimer hein? Ca fait combien de temps que t'es arrivé? Renton devait sûrement croire que Zeke avait orchestré le tout vu la façon dont il commençait à lui parler de la pluie et du beau temps, et après tout, lui et son esprit dérangé en auraient bien été capable mais pour une fois, il n'était pas l'auteur de cette petite mise en scène... Seulement acteur, prêt à prendre son rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson   Dim 9 Jan - 17:37

    La seule explication possible qui lui traînait dans la tête et qui n'allait surement pas le lâcher pour le moment était que tout était de la faute de Zeke... Cet endroit de merde, cette position de merde et tout ce qu'il avait vécu ces dernières années en prime. Facile de blâmer le type à qui vous aviez défoncé la gueule une fois de trop quelques temps auparavant non ? Peut-être un peu trop facile pour que ce soit effectivement la réalité mais là, attaché, à moitié à poil, dans une pièce glauque digne d'une très mauvaise serie B il avait juste à faire une addition assez simple pour en venir à cette conclusion qui rendait le tout un peu bateau ... et même si il se plantait sur toute la ligne, il n'était pas prêt de se calmer, et le manque de sans froid dont il manquait cruellement risquait de faire quelques dégâts majeurs, dans la jolie gueule de zeke surement... même si il n'avait pas décidé quels châtiments il allait lui faire subir dès qu'il serait libre. Oui parce que pour le moment t'es pas vraiment à ton avantage mon coco et l'air froid qui claque sur ta peau dénudée qui commence à être un peu glaciale en témoigne méchamment. Ça aussi ça ne lui plaisait pas des masses, pas plus que le sourire de petit con qui avait succédé à la surprise sur le visage de Zeke. Il allait lui faire ravaler vite fait, dès qu'il pourrait bouger les bras, ça allait de soit.

    En essayant de garder le peu de contrôle qu'il avait encore il rigola légèrement, durement, de façon beaucoup trop exagérée et aussi froide que la chaise sur laquelle il était bloqué. C'est pas qu'il croyait que Zeke était inoffensif, ni qu'il se pensait intouchable, c'était seulement qu'il n'en avait pas grand-chose à faire. Il aurait bien pu lui foutre une balle dans la tête maintenant, ça l'aurait bien fait rire et le sang aurait giclé et rien de tout ça n'aurait sonné faux vu l'endroit à la limite du flippant dans lequel ils se trouvaient tous les deux. Tomber sur une tête familière aurait pu être rassurant, mais bizarrement se trouver nez à nez avec ses vieux démons, la personne à laquelle il avait fait le plus de mal et qui lui avait foutu une bonne couche de regret et de culpabilité sur le coin de la gueule n'avait pas vraiment un effet bénéfique sur Ren. Et pour la première fois depuis qu'il s'était retrouvé dans ce manoir pourrie il voulait se tirer de l'autre côté, prendre ses jambes à son cou, les envoyer tous au diable et sortir d'ici le plus vite possible.

    - Et tu comptes faire quoi ? t'accroupir devant moi et te mettre à parler du bon vieux temps ? Tant que t'es à genoux y a deux trois trucs plus intéressants que tu pourrais faire aussi.

    Chassez le naturel, il revient au galop. Se retrouver devant Zeke c'était comme être au lycée all over again, balancer des grosses allusions sexuelles dans l'air, laissez le tout mariner et voir comment le gamin allait réagir. Parce que c'était surement ce qui était le plus tordant avec lui, on ne savait jamais ce qu'il allait faire ou dire, c'était pas comme Renton ... lui il suffisait qu'une mouche vole trop près de sa gueule pour qu'il pète les derniers plombs qui lui restait et ça devenait rasoir tellement c'était prévisible. D'ailleurs quelle idée de se lancer dans une pseudo relation avec un type aussi relou que celui qui se tenait devant lui, accoudé à une table que Renton n'avait pour le moment pas étudié attentivement.

    Et il cherchait à lui faire croire quoi exactement ? Qu'il n'y était pour rien dans toute cette histoire à la con et que c'était par pur hasard qu'ils se retrouvaient tous les deux là ? C'est ça, je vais avaler ça, compte là-dessus et bois de l'eau. Même si ce n'était pas directement sa faute il avait intérêt de le détacher dans les secondes à venir où il allait passer un sale quart d'heure, parce que sans qu'il ne puisse vraiment y faire grand-chose il savait que l'envie décrasser ses poings contre le corps beaucoup trop frêle de Zeke serait plus forte que tout. Même si des regrets, après coup, il en avait toujours eu. Surtout quand il s'agissait de lui. Merde, dans quoi il s'était encore fourré hein ?

    - Tu te fous de ma gueule ? Si c'est pas toi qu'est à l'origine de cette grosse blague de merde c'est qui hein ? La fée clochette ?

    Et ça voulait dire : je vais pas répondre à tes questions pourries parce que tu connais surement déjà les réponses donc me fais pas chier ... même si à y réfléchir deux secondes c'était peu probable. Il n'y avait pas qu'eux deux ici et il aurait fallu un paquet de fric pour organiser tout ça ... chose qui excluait un peu l'autre bipolaire à la con. Mais la logique de la chose dépassait Renton, qui avait commencé à gigoter violemment à nouveau. Sérieusement, il allait se venger dès qu'il serait libre et si il avait le malheur de s'approcher trop près il aurait le droit à un coup de boule bien mérité. Pour le moment c'était seulement le fait d'être attaché qui lui en collait un coup dans la gueule, il avait déjà imaginé leurs retrouvailles et sérieusement ce n'était vraiment ce qu'il avait eu en tête... Même si il savait très bien que depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus l'eau était loin d'avoir coulé sous les ponts. Le temps avait beau avoir passé, la rancoeur elle n'avait jamais été oubliée. C'est ce qui arrive quand tu envoies quelqu'un à l'hosto, qu'il se paye un séjour en hp par ta faute, que tu finis par le baiser encore une fois et que tout ce que tu trouves à dire pour ta défense c'est « c'est de ta faute, tu m'as énervé » okay ce genre de truc marchait peut-être quand il était gamin, mais après avoir presque buter quelqu'un c'était limite. Mais merde, Zeke n'était pas sa première « victime » so what else is new huh ?

    - Putain de merde Zeke. DETACHE-MOI.

    Première fois qu'il utilisait son prénom depuis qu'il avait posé les yeux sur lui, millième fois qu'il lançait la même phrase au hasard, qui sonnait de plus en plus comme un ordre. Bordel il n'était vraiment pas fait pour être soumis. Il posait à nouveau le regard sur lui. Il avait intérêt de l'écouter cette fois ... ou quoi ? franchement t'as pas l'air d'un con Renton.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson   Dim 9 Jan - 23:02

Le plus marrant dans tout ça était sans doute la conviction ancrée dans le cœur de Renton qu'il était coupable, que c'était lui qui avait organisé tout ça, qui tirait les ficelles... Oh comme il aurait aimé que ce soit le cas, au moins pour lui donner une bonne leçon mais bon, Zeke n'était pas non plus un meurtrier (quoique) et pour le moment, l'idée de la torture n'avait pas encore surgi dans ses plans machiavéliques pour renverser le pouvoir de Renton... Mais bon, visiblement, quelqu'un s'en était chargé à sa place. Qui? Allez savoir. Sans doute un taré qui avait décidé qu'il était temps pour Zeke de prendre sa revanche et de glisser quelques idées dans le fond de son crâne déjà bien rempli... Et voulait-il vraiment la prendre cette revanche? Il aurait bien sûr était plus sage de laisser tomber, de dire que ça n'avait aucune importance et de sortir un vieux refrain du genre le temps efface les blessures. Mais c'était faux, complètement faux... Il n'avait rien oublié, pas une seule miette du passé qu'ils avaient pu partager... Ça le rongeait, parfois. Pas tout le temps, bien sûr, il n'avait jamais été homme à se laisser abattre pour une stupide histoire de cul sans aucun sens et sadomaso sur les bords, vouée à un avenir inexistant. Non, Zeke ne s'apitoyait pas sur lui-même. Il voulait simplement que Ren paie en un sens... Comment? Il ne le savait pas, s'en foutait pas mal... Le pire dans tout ça était sans doute le mal que Ren avait pu lui faire. C'était pas tâche aisée il fallait le dire et avant Ren, il aurait sans doute fallu une armée de trois cent hommes pour parvenir à bout du profil psychologique de Zeke qui s'étendait au gré de ses humeurs... Mais non, cette fois, touché, coulé. Ou presque. Les choses simples n'existaient plus entre eux et même à contrecourant, il doutait fortement du fait qu'elles aient existé un jour. Tout ça n'avait toujours été qu'un grand tapis de jeu sur lequel ils avaient pu balancer les dés à leur guise et bouger les pions dans tous les sens. Et puis, Ren avait dit stop sans crier gare et tout avait dérapé à partir de ce moment précis. Une théorie des dominos de plus. Plus de règles à tenir et tout part en vrille.

Ses yeux roulèrent dans leurs orbites en entendant ce que Ren disait. Toujours le mot pour rire, hein? Il aurait sans doute jouer sa slut en d'autres temps et l'aurait allumé un peu avant de s'exécuter en sachant très bien comment ça se serait fini... Mais pas aujourd'hui. Pas après tout ce temps. - Non, non, non... J'ai pas envie de mettre ma bouche à coopération de la satisfaction de ton corps aujourd'hui alors back off. J'ai envie de m'amuser un peu... T'es gentil, je suis sûr que tu t'es attaché toi-même pour que je vienne en fait. Zeke s'approcha lentement de Ren, sans pour autant le faire assez pour que celui-ci parvienne à le toucher (il n'était pas né de la dernière pluie non plus hein). Il se mordit les lèvres et ses yeux s'attardèrent sur le corps de Ren, se remémorant quelques souvenirs pour le moins agréables, il laissa ses longs doigts glisser le long de l'épaule de Ren. Ah, c'était tellement agréable de l'avoir à sa merci. Vraiment, exquis.

Tandis qu'il laissait sa main faire frissonner la peau dénudée de Ren, Zeke se demanda ce qu'on attendait exactement de lui. Bon ok, le message était clair, on était presque dans un délire à la Saw et franchement, il n'avait jamais aimé ce genre de films parce que bon, soyons réalistes, cet espèce de petit bonhomme qui veut voir qui mérite de vivre or some bullshit like that, ça n'avait aucun... Euh, bon, d'accord, ce n'était pas le sujet. Revenons à nos moutons. Zeke se demandait seulement ce qu'il était censé faire,... Lui planter un scalpel dans le cœur? Le tuer sur le champ ou simplement le faire souffrir? Le faire souffrir paraissait un plan suffisant pour lui et puis il aviserait en chemin et si Ren venait à décéder des suites de ses blessures, eh bien quel dommage... Okay, il devait l'avouer, ce genre de choses l'aurait légèrement ennuyé, quelques remords par ci par là et une fois sorti de là, peut-être même la police aux trousses et un retour en HP direct. Encore une fois, ce serait la faute de Ren. Quelle surprise ! Zeke soupira et arqua un sourcil en direction de Ren qui n'aurait pas du faire le malin vu qu'il était réduit à l'état de saucisson pour une durée indéterminée. Selon la volonté de Zeke en fait... Ah comme c'était agréable de faire pour une fois ce qu'il souhaitait et ne pas avoir à céder à la force de ce cher Renton.

- J'aurais plus opté pour le Père Noël, ce mec est un vicieux, je te raconte même pas... Enfin bref, désolé de te décevoir, mon chou mais j'ai rien fais, pigé? Je suis dans la même merde que toi... Enfin presque vu que toi,... T'es attaché.


Dire qu'il s'en délectait aurait relevé de l'euphémisme, il jubilait complètement... Ses yeux auraient même pu sortir de leurs orbites en mode loup de Tex Avery mais bon, il fallait tout de même garder son calme de temps en temps, right?

Le détacher, ne pas le détacher? Il aurait aimé se dire que la question était dure et qu'il hésitait mais il n'avait aucune intention de le détacher. Premièrement car il était quasiment sûr que le quotta de patience de Ren avait déjà été dépassé et qu'il se prendrait un revers de la main gauche dés qu'il serait libéré mais aussi parce qu'il avait de sérieux doutes quant aux intentions de Ren et les instruments posés sur la table. Il se mordit les lèvres tout en souriant au jeune homme et il attrapa au hasard un des objets posé derrière lui... Zeke le leva devant lui pour mieux l'examiner. Ok, ça servait à quoi ce truc exactement? On aurait dit un tournevis mais en beaucoup plus pointu, beaucoup plus... Effrayant. Ses yeux se fixèrent sur Renton, froids.

- Non.

C'était simple et efficace. Il ne savait pas exactement ce qui le poussait à faire ça,... Ou plutôt, il avait une intuition. Il y avait toujours cette aura de vengeance, enfouie en lui et on lui offrait sur un plateau alors pourquoi ne pas se servir? Il avait déjà les mains sales, peu lui importait de faire mal à Ren, il se clamait lui-même insensible à la douleur. Well, let's try huh?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson   Ven 14 Jan - 13:54

    - Ouais, comment t'as deviné ? C'est juste que dans mon plan machiavélique à la con j'ai laissé un détail de côté. Tu pourrais enlever tes fringues aussi, on serait sur un point d'égalité.

    Ne lui jetez pas là pierre. Il était là, comme un con alors la seule manière de gagner du temps histoire de trouver un moyen de se libérer était de raconter de la merde. Et fidèle à lui-même il n'avait aucun mal à le faire. Renton avait toujours été fort pour se tirer des situations merdiques dans lesquelles il avait le chic pour se retrouver alors autant mettre son cerveau en état de marche. Malheureusement pour lui, Zeke n'avait pas l'air de vouloir être très coopératif. En même temps après leur dernière rencontre il se doutait que la bouche du gamin n'allait servir qu'à lui lancer des réponses plus que négatif. Dommage. Vu souvenirs un peu trop chaud qui remontaient à la surface, même maintenant, Renton n'aurait pas craché dessus. Mais bon, on ne peut pas tout avoir dans la vie right ? Le « j'ai envie de m'amuser » de Zeke ne le laissa pas de marbre mais il préféra laisser ce doux mélange d'excitation et de flippe total de côté pour le moment, après tout ils n'étaient pas pressés non ? Ouais, surtout toi. Étant donné que t'as nulle part où aller, enfoiré. Il essaya de se reculer quand la main de Zeke se colla à lui mais c'était peine perdue. En d'autre circonstance il aurait adoré ce contact mais là ça avait tendance à lui bruler l'échine plus qu'autre chose. C'était pas comme ça que c'était censé se passer merde. Ça le crevait, de ne pas être l'enculé avec les pleins pouvoirs et d'être obligé de jouer le rôle de la victime presque inoffensive. Il n'avait pas signé pour ça. Et ca n'allait pas se passer comme ça. Il bougea de toutes ses forces sur sa chaise pourrie. Elle ne vacilla même pas, solidement fixée au mur il imaginait ... parce que d'ici là il ne pouvait pas voir grand-chose. Putain de merde.

    Rire. Encore. Toujours. Bah c'était plutôt comique tout ça non ? Si ce n'était pas Zeke il fallait qu'il tire son chapeau alors. Parce que c'était plutôt bien penser. Et si tous les types à qui il avait du mal se trouvait dans ce château en carton bidon il avait effectivement du soucis à se faire. Quoique non. Zeke avait toujours été la faute de trop qui lui restait en travers de la gorge, mais il avait balayé les remords aussi vite qu'il avait pu et HOP les poussières de toute la merde qu'ils avaient vécue lui revenaient à la gueule maintenant. Du génie tout ça. Purement et simplement. En enfermant dans la même pièce les deux golios ici ils avaient visé juste. Même si un des deux était beaucoup plus avantagé que l'autre. Y avait du favoritisme dans l'air hein. Ca voulait surtout dire que les règles avaient changé et Ren n'était pas sur d'apprécier ça. Il calma son rire qui sonnait de plus en plus nerveux avant d'ajouter :

    - A ouais ? Et pourquoi c'est moi le connard attaché alors. T'es passé sous le bureau pour qu'on t'offre ce traitement de faveur ?

    Si il avait eu trois ans il aurait ajouté : C'est pas juste. Mais bon, pas sûr que ça soit utile, puisque de toute façon il était dans la merde. Au moins il s'en rendait compte, c'était clair comme de l'eau de roche et autre comparaison toutes aussi jolies qu'il aurait très bien pu faire. Ca ne l'empêchait pas de sourire, de garder cet air de type intouchable qui se fichait de tout et de tout le monde. Dans son crane qui était sur le point de surchauffer c'était une autre histoire mais ça ne voulait pas dire qu'il allait baiser les yeux, s'excuser de tout le mal qu'il avait pu faire ici et ailleurs et pencher la tête sur le côté, des larmes au fond des yeux. Non. Plutôt crever.

    Non.

    Ça semblait être un mot très populaire aujourd'hui tiens. Puis ça ne l'étonnait pas plus que ça, lui aussi il aurait profité, il savait très bien ce qu'il aurait fait à la place de Zeke et ça avait tendance à ne pas le rassurer des masses. Et c'est à ce moment-là qu'il posa (enfin :roll : ) les yeux sur la table pas loin de lui. Okay. Le remake de Saw c'était pas vraiment son trip, ni les films d'horreurs en tout genre d'ailleurs. Et ça le faisait juste bien chier d'être propulsé au premier rang de ce genre de truc glauque. Enfin le glauque, il aimait ça... mais quand c'était lui qui tenait le couteau et pas l'inverse.

    Enfoiréputedemerdeslutpsycopatheàlaconfilsdechienenfoirédetaré

    Okay Renton, reste calme. Surtout ne montre pas que s'il s'approche de trop près avec son tournevis version revisitée tu vas péter les derniers câbles qu'il te reste.

    - Mais bien sûr. Tu vas faire quoi ? On sait tous les deux que t'as pas les couilles pour, love.

    Signer son arrêt de mort c'était plus simple que le reste non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson   Ven 14 Jan - 20:41

    (sorry si il y a des fautes, j'ai la flemme de me reliiire)

    Bang Bang, you're dead. Le refrain lui courait dans la tête depuis maintenant quelques minutes. Bien sûr, il n'aurait pas tué Renton, du moins pas encore. Il n'en était pas encore arrivé à ce point mais qui sait? Si celui-ci décidait de le pousser à bout.

    - Non, non. C'est ça le principe tu vois, on a jamais été à égalité parce que t'as toujours été plus fort que moi mais la roue tourne, non?


    Du moins, elle avait tourné dans ce château à faire froid dans le dos et il ne savait même pas pourquoi ni qui l'avait décidé. Ce qui aurait pu le faire flipper, il l'oubliait complètement. Le fait qu'il ne soit qu'un pion sur un échiquier ne lui faisait pour l'instant ni chaud ni froid et pour cause, on lui offrait sa vengeance éphémère sur un plateau, comme une promesse que quelqu'un lui aurait tenu il y a fort longtemps et qu'on mettait enfin à exécution. Oui, c'était bon maintenant. Il n'y avait plus rien à attendre à part agir. Agir pour se venger. De quoi? Il n'en avait aucune idée et rien ne lui traversait pour le moment l'esprit. Il avait peut-être su à un moment donné mais plus maintenant, il était trop tard pour se remémorer de vagues souvenirs et les derniers qui restaient de Renton étaient ceux de l'ultime moment où ils s'étaient vus... Il était venu à l'hopital, avait murmuré du bout des lèvres que c'était sa faute, toujours, qu'il l'avait poussé à bout, qu'il avait du faire quelque chose en retour. Tu sais, pour le jeu. Le jeu stupide qui l'avait fait souffrir, qui l'avait enfermer n'importe où, que Ren devait payer maintenant. Mais oui, cette dernière fois... They shagged each other brains out and then, Ren was gone. Alors c'était ça la douleur? C'était ça le petit point de côté qui lui avait fait mal pendant tout ce temps... Pourtant, il ne s'était douté de rien et pour cause, il ne s'en rendait même plus compte au bout d'un moment. Fuck it after all. Zeke se mordit les lèvres en entendant ce que Ren disait et approcha son visage du cou du jeune homme, tout en veillant à ne pas animer en lui un quelconque geste bruque... Il laissa son souffle chaud lui faire frissonner la peau et sourit de plus belle.

    - Mais mon cher Renton, tu devrais savoir mieux que personne que je suis plus doué que ça et que je ne mêle pas plaisir et travail. Donc, nooooon, je n'ai rien fais. Désolé pour toi, mon chou.

    La différence entre Ren et Zeke... Oh, pour commencer, il y en avais un tas, on aurait pu faire une liste de cent pages au moins pour énoncer les choses qui les séparaient. Très peu les réunissaient, il fallait le dire. C'était peut-être ça qui avait attiré Zeke au départ, allez savoir. Il avait toujours eu un penchant pour ce genre de bizarrerie qu'il ne pouvait pas atteindre, se lancer des défis à lui-même et Ren en avait fait partie... Et puis, les choses s'étaient impliquées, s'était emmêlées, étaient devenues de plus en plus compliquées et au final, maintenant, il était dur de s'en défaire, de savoir ce qui se passait ,de comprendre, d'agir. Alors, Zeke avait cessé d'agir et n'avait pas cherché à revoir Ren même si au départ il en crevait d'envie... Pour lui enfoncer un couteau dans la gorge ou pour lui sauter dessus et se faire prendre contre un mur (--), ça il ne l'avait pas encore décidé à l'époque. Et même maintenant... Il n'aurait pas dit non. C'était bien ça qui formait leur duo improbable... Si on pouvait appeler ça un duo. Ils faisaient toujours tout pour enfoncer l'autre, le rendre misérable et au fond, il s'accrochait à un truc qui n'existait pas ou qui, réel, aurait fait dix mille dégâts de plus, et des morts sans doute. Dés que Ren se trouvait là, Zeke avait la dure impression que l'oxygène manquait, qu'il n'était plus le même, que ses pensées devenaient confuses et que rien n'avait plus de sens et c'était peut-être ça la clé de tous leurs ennuis. Le fait que Ren ne puisse contenir sa rage, tente de tuer Zeke à chaque instant et le fasse souffrir dans la chair tandis que l'autre encaissait, ne disait rien et se vengeait par des actes plus ou moins pénibles à l'encontre de Ren. C'était dynamique et complètement fucked up mais ça avait marché quelques temps entre des parties de baises désordonnées et passionnées. La passion ne dure pas? Pourtant, elle ne semblait pas éteinte entre ces deux-là, un peu trop sur le feu peut-être, à deux doigts de tout détruire mais toujours là. Zeke s'arrêta quelques instants et sa main se balada un peu plus bas, le long du ventre de Ren, ses yeux fixés dans l'encre des siens. Le regard de Ren avait toujours été particulier... Changeant. La couleur restait toujours la même, noir, profonde, où l'on s'enfonçait... Mais l'expression passait de la tuerie à la tendresse sans que Zeke ait comprit pourquoi ou peut-être était-ce lui le problème. Le réel problème.

    - Tu sais que t'as toujours été qu'un sale con... Even back then. T'étais le pire des enculés que je connaisse alors ça faisait quoi que je le dise à tout le monde? Que c'était pas qu'une métaphore. Il rit légèrement. Il savait très bien qu'il n'y avait rien de tel pour énerver Ren, qui de plus, ne remettait jamais ses erreurs en cause... Non pas que Zeke le fasse mais il soulignait juste un point de la personnalité de Ren Andrews.

    Il hésita quelques instants, c'est vrai. Il n'était pas sans coeur, ni sans remords contrairement à ce qu'on pouvait croire, il avait simplement des plans bien précis ancrés dans la tête et il se contentait de les suivre à la lettre mais dés lors que quelqu'un d'autre venait à lui donner des ordres, les choses se révélaient alors beaucoup moins faciles. Et pourtant, personne ne lui avait crié quoi faire mais il savait le revolver braqué sur sa gueule ou presque. Un pressentiment, comme ça. Et l'envie de faire du mal à Ren.

    - Le problème c'est que tu me connais, et que tu sais très bien que si. Désolé, golden boy.

    Il joua avec le tournevis quelques instants, perdu dans ses pensées puis se mordit les lèvres avant de reporter son attention sur Ren... Il en profita pour s'asseoir tant bien que mal sur les genoux de celui-ci et colla son corps contre le sien, ses lèvres à quelques centimètres des siennes. - C'est pas une vengeance, tu sais, c'est du plaisir. Gratuit. Sans réfléchir, il laissa le tournevis s'enfoncer lentement dans le bras du jeune homme jusqu'à percer la peau, il sentit le sang couler contre sa main et choisit ce moment précis pour écraser ses lèvres sur celles de Ren pour étouffer son gémissement de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission n°1] Renton W. Andrews/ Zeke S. Peterson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fortunate ::  :: Corbeille-
Sauter vers: